•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : une entreprise agricole touchée par une éclosion dans la région de Coaticook

Une technicienne de laboratoire tient un écouvillon dans sa main.

Huit nouveaux cas de COVID-19 s'ajoutent dans le bilan quotidien en Estrie (archives).

Photo : Associated Press / Jean-Francois Badias

Radio-Canada

Une entreprise agricole située dans la région de Coaticook fait face à une éclosion de COVID-19, fait savoir la santé publique de l’Estrie dans un communiqué.

L’entreprise en question, dont nous n’avons pas plus de détails, compte moins de cinq cas de coronavirus.

Du côté de l’hôpital de Granby, trois nouveaux cas sont à dénombrer. Au total, 14 usagers du centre hospitalier et 13 employés y ont reçu un diagnostic positif. Le bilan de l’hôpital comprend également un décès.

Par ailleurs, le maire de Granby, Pascal Bonin, dit ne pas être satisfait de la réponse de la Direction de la santé publique de l'Estrie pour expliquer les longs délais avant d'installer un centre de dépistage dans sa ville.

Ce n'est qu'à la fin octobre que Granby pourra avoir son propre centre. En attendant, ses résidents doivent toujours se rendre jusqu'à Bromont.

8 nouveaux cas en Estrie

Huit nouveaux cas de COVID-19 s'ajoutent en Estrie, selon le dernier bilan de la santé publique.

Il y a désormais 191 cas actifs sur le territoire du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Depuis le début de la pandémie, 1770 personnes ont contracté la COVID-19. De ce nombre, 1547 sont guéries.

L'Estrie passera d'ailleurs en zone orange dans la nuit de mercredi à jeudi.

Les rencontres à la maison sont limitées à deux adresses différentes et six personnes maximum, sauf si les familles comptent plus de membres.

Les activités organisées dans les lieux publics doivent également être de 25 au lieu de 50, sauf dans les lieux où les personnes parlent peu comme au cinéma ou dans une salle de spectacle.

Les déplacements interrégionaux ne sont pas recommandés.

D’ailleurs, le premier ministre François Legault a annoncé lors d’un point de presse, mercredi, que la participation à un rassemblement interdit pourrait désormais entraîner l'imposition d'une amende de 1000 $ plus les frais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !