•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une école d'Ottawa ferme temporairement des classes par manque de personnel

L'affiche indiquant l'école secondaire catholique Franco-Cité, devant l'établissement.

Le pavillon qui accueille les élèves de 7e et 8e années de l'école secondaire Franco-Cité, à Ottawa, est fermé temporairement pendant deux jours.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le pavillon qui accueille les élèves de 7e et 8e années à l’école secondaire Franco-Cité, à Ottawa, est fermé temporairement mercredi et jeudi, en raison d’un manque de personnel.

Pendant deux jours, les élèves doivent donc faire l’école à la maison. On manque de surveillants, on manque d’enseignants suppléants et on a du personnel en auto-isolement à la maison ou en attente d’un diagnostic [positif ou négatif à la COVID-19], explique le directeur de l’éducation du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), Réjean Sirois.

Chaque jour, le CECCE compte entre 80 et 105 tâches ouvertes, pour lesquelles aucun suppléant n’est disponible pour remplacer en salle de classe.

C’est un moment assez difficile. On est à un point critique.

Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE

Des mesures ont été mises en places pour que les élèves puissent assister à leurs cours en mode virtuel et pour que les enseignants placés en isolement préventif puissent travailler de la maison.

Appel à la solidarité

Dans une lettre envoyée aux parents mardi, le CECCE a d’ailleurs lancé un appel à la communauté pour combler ce manque de personnel. Les parents désirant prêter main-forte dans les écoles seront affectés notamment à des tâches de surveillance en classe ou lors des pauses.

Jusqu’à maintenant, 300 personnes ont manifesté leur intérêt.

La situation pandémique qui exacerbe le taux d’absentéisme du personnel [...] amène le Conseil à faire preuve d’ingéniosité et trouver des solutions innovatrices afin de s’assurer que l’ensemble des élèves du CECCE puissent poursuivre leurs apprentissages en présentiel.

Extrait de la lettre envoyée aux parents par le CECCE

On a le droit d’embaucher des gens non qualifiés et demander au Ministère [de l’Éducation] des permissions temporaires pour ces personnes-là, précise M Sirois.

En gestion de crise depuis la rentrée

Le directeur de l’éducation du CECCE admet que le niveau de stress est assez élevé dans les écoles, qui sont en gestion de crise depuis le retour en classe.

Les attentes sont élevées. Les parents veulent une éducation de qualité, et ils ont droit à l’excellence en éducation, que ce soit en mode virtuel ou en présentiel. On doit livrer la marchandise, souligne M. Sirois.

Le CECCE rappelle aux parents de « faire preuve de prudence et de vigilance en procédant à un autodépistage quotidien de [leur] enfant » et aux membres du personnel de continuer à s’auto-isoler s'ils ressentent des symptômes, ou s'ils ont été exposés au virus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !