•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les chasseurs pourront changer de zone, mais doivent éviter les commerces

Des matelas, une scie à chaîne et du linge entassés dans le coffre d'une voiture.

Les chasseurs devront faire leurs courses avant de partir pour une région jaune ou orange. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Maxime Beauchemin

Annie-Claude Luneau

Dans son point de presse de mercredi, le premier ministre du Québec, François Legault, a précisé que les déplacements pour la chasse entre les zones rouges et les zones jaunes ou orange seront permis.

Il demande cependant aux chasseurs d'éviter de s'arrêter en chemin et de ne pas entrer dans les commerces de la région visitée.

C'est correct, mais là, ce qui est important, c'est de ne pas aller faire l'épicerie dans la zone orange ou la zone jaune où est leur camp de chasse. Il faut qu'ils arrivent avec leur nourriture, un peu comme on le faisait ce printemps, précise-t-il.

La ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre, Geneviève Guilbault, assise durant une conférence de presse.

La ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre, Geneviève Guilbault (archives)

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

La vice-première ministre a aussi fait la lumière sur les constats d'infraction qui pourraient être remis aux gens qui ne respectent pas les règles concernant les rassemblements.

Dans une zone jaune comme l'Abitibi-Témiscamingue, les rassemblements sont limités à 10 personnes. Les visiteurs pourraient cependant s'exposer à des amendes.

L'objectif, c'est de faire en sorte qu'une personne ne puisse pas faire, dans une autre région, ce qu'elle ne peut faire dans sa région de résidence, affirme Mme Guilbault. Moi, j'habite ici, à Québec, dans le rouge. Je ne peux pas me rassembler, je n'ai pas le droit d'avoir des gens chez moi. Je ne peux pas aller me rassembler avec des gens dans une zone orange ou jaune, parce que mes interdictions se transposent et me suivent où que je sois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !