•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Centre des générations de Caraquet : met-on « la charrue devant les bœufs »?

Schéma de l'édifice. Il comprend de grandes surfaces vitrées et un élément décoratif sur sa façade qui illustre une vague.

Un aperçu du projet de Centre régional des générations

Photo : Ville de Caraquet

L'ex-député libéral Bernard Thériault veut devenir maire de Caraquet et il semble faire du projet de Centre régional des générations son cheval de bataille.

Des travaux d'aménagement sont déjà entrepris sur le site, tout près du Centre plein air de Caraquet. Le projet de 15 millions de dollars serait multifonctionnel et comprendra un aréna pour remplacer le vétuste Colisée Léopold-Foulem.

Le désuet Colisée Léopold-Foulem, de Caraquet, sera éventuellement remplacé par le  Centre régional des générations dont le coût est estimé à 15 millions de dollars.

Le désuet Colisée Léopold-Foulem, de Caraquet, sera éventuellement remplacé par le Centre régional des générations.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Ne mettons pas la charrue en devant les bœufs, suggère Bernard Thériault. Le projet n'est confirmé ni par le provincial ni par le fédéral. Le financement n'est pas approuvé par la commission des prêts. Et en plus de ça on parle d'un problème environnemental qu'on veut contourner en se dépêchant de faire des travaux sur le terrain. Tout ceci dans un mandat qui n'est pas trop clair puisqu'il y a une élection municipale qui s'en vient au mois de mai. On dépense de l'argent avant d'avoir la confirmation du projet, ce qui est généralement le signe d'une très mauvaise gestion.

Bernard Thériault veut devenir maire de Caraquet et il est confiant de pouvoir atteindre la cible.

Bernard Thériault veut devenir maire de Caraquet et il a bon espoir de pouvoir atteindre la cible.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Ce ne serait pas la première fois que Blaine Higgs recule sur un projet.

Bernard Thériault, candidat à la mairie de Caraquet

Kevin Haché, candidat défait aux deux dernières élections provinciales sous la bannière progressiste-conservatrice et maire qui veut conserver son poste, ne croit pas que la municipalité bouge trop vite.

On ne met pas la charrue devant les bœufs, se défend-il. On s'organise juste pour être prêts quand on va avoir le projet ou avant la fin de l'année.

Le maire de Caraquet, Kevin Haché, a annoncé en conférence de presse une contribution financière de 4 millions de dollars pour le Centre régional des générations.

Le maire de Caraquet, Kevin Haché.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Le maire de Caraquet rappelle que la municipalité a une lettre de la Société de développement régional du Nouveau-Brunswick qui confirme la participation de la province.

Le seul morceau qui manque, c'est la participation du gouvernement fédéral, souligne-t-il.

Les responsables de la campagne de financement du Centre régional des générations, à Caraquet.

Les responsables de la campagne de financement du Centre régional des générations, à Caraquet.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Les nombreuses questions soulevées par Bernard Thériault au sujet du financement du Centre régional des générations ont semblé surprendre, puis agacer Kevin Haché.

Je ne suis pas prêt à m'abaisser au jeu politique que monsieur Thériault veut faire toutes les fois où il se lève dans la nuit ou fait une publication sur Facebook, lance-t-il.

Je n'ai jamais vu un ministre ou un premier ministre reconfirmer toutes les semaines que l'argent est là.

Kevin Haché, maire de Caraquet

Le maire Haché suggère à Bernard Thériault de se servir de ses contacts pour tenter de faire bouger le gouvernement fédéral.

Il devrait faire en sorte que ce projet-là avance et qu'on ait l'argent du fédéral le plus vite possible, au lieu d'essayer de faire mousser sa campagne électorale municipale avant qu'elle ne soit commencée tranche-t-il.

Il enjoint à Isabelle Thériault, députée libérale de Caraquet, de cogner elle aussi à porte du gouvernement fédéral.

Caraquet la pure

Bernard Thériault assure qu'il a fait ses recherches en insistant sur le problème environnemental qu'il a évoqué.

Caraquet la pure décide de contourner des règlements de l'environnement et se dépêche à dépenser de l'argent. C'est un peu curieux. Ce sont trop de questions qui sont soulevées.

Des travaux d'aménagement sont déjà débutés à l'endroit qui accueillera le Centre régional des générations, à Caraquet, qui remplacera le Colisée Léopold-Foulem.

Déjà, en août, des travaux de déboisement étaient en cours.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Kevin Haché n'hésite pas à apporter des précisions sur cette question.

Le terrain, aujourd'hui, n'est pas considéré comme une terre humide, explique-t-il. Avec de nouvelles règles qui vont être en vigueur, le premier janvier 2021 je pense, il deviendrait une terre humide. Donc, le terrain ne serait plus utilisable pour la municipalité ou pour d'autres. On prépare le terrain. Si le gouvernement fédéral décide de ne pas embarquer et que nous n'avons pas le Centre régional des générations, nous aurons un terrain très important pour la municipalité. C'est à proximité du Club plein air et des écoles.

Les coûts réels

Bernard Thériault se demande qui va payer la note si le projet ne se réalise pas, alors que des travaux d'aménagement sont déjà entrepris.

La Municipalité commence des travaux alors qu'il y a une audience publique à la commission des prêts dans seulement deux semaines pour approuver un prêt de 350 000 $, déplore-t-il. De plus, les chiffres du projet n'ont pas été changés depuis trois ans et demi alors que les coûts de construction ont augmenté dans la région. On peut mettre la situation financière de la municipalité dans de beaux draps.

On devrait se calmer le pompon et arrêter la construction.

Bernard Thériault, candidat à la mairie de Caraquet

Kevin Haché parle de la demande de prêt de 350 000 $ auprès de la province comme d'une formalité.

Mais il laisse par ailleurs planer une révision de certains détails du projet, au besoin.

La municipalité se porte très bien financièrement.

Kevin Haché, maire de Caraquet

Les coûts de construction ne vont pas aller à la baisse avec le temps, croit-il. Quand nous aurons l'argent, nous devrons prendre des décisions s'il faut par exemple remplacer un revêtement par un autre pour épargner des sous. Nous avons un projet que nous avons présenté avec les coûts en vigueur à l'époque et on rajustera quand on aura l'argent.

La contribution financière de la communauté pour le projet de Centre régional des générations dépasse les deux millions de dollars.  Le projet total est estimé à 15 millions de dollars.

La contribution financière de la communauté pour le Centre régional des générations, à Caraquet, dépasse les deux millions de dollars. Le projet total est estimé à 15 millions de dollars.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Maire de Caraquet, un poste convoité

La course à la mairie de Caraquet est déjà bien engagée et les candidats n'ont pas senti le besoin d'attendre le signal de départ avant de débattre du projet municipal le plus important ces temps-ci.

L'ex-député libéral fait tout de même sa profession de foi envers le Centre régional des générations, reconnaissant particulièrement le besoin d'un nouvel aréna.

Je me questionne sur les agissements de la ville, à l'heure actuelle, dans un contexte un peu compliqué, dit-il. On est dans un prolongement de mandat où, généralement, on ne fait que l'essentiel, gérer la municipalité, parce qu'on n'est pas dans un mandat de quatre ans.

L'édifice municipal de Caraquet

L'édifice municipal de Caraquet

Photo : Radio-Canada / René Landry

Son opposant reconnaît que la course à la mairie de Caraquet ne manque déjà pas de piquant.

La mairie de Caraquet est un poste convoité, je n'en reviens pas, ironise-t-il. Il y a aussi un coprésident de la campagne de financement du Centre régional des générations, Gilles Lanteigne, qui a déjà indiqué qu'il voulait se présenter.

Puis, Kevin Haché conclut en commettant un lapsus avant de se reprendre rapidement.

C'est un poste convoité parce qu'on a de très beaux projets sur la glace...euh... qui s'en viennent.

Avec les informations d'Alix Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !