•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La MRC de L'Islet restera au palier d'alerte modérée

Une vue du fleuve Saint-Laurent, avec des silos de ferme en avant-plan et les montagnes de Charlevoix en arrière-plan.

Les MRC des Etchemins, de L'Islet et de Montmagny passeront en alerte orange plutôt qu'en alerte rouge tel que prévu lundi.

Photo : Radio-Canada

La MRC de L'Islet, de même que celles des Etchemins et de Montmagny, ne basculeront finalement pas au palier d'alerte maximale comme l'avait annoncé le gouvernement lundi. La région de Chaudière-Appalaches, située à l'ouest du Bas-Saint-Laurent, doit passer en zone rouge, soit en alerte maximale, à minuit mercredi.

Le premier ministre François Legault a donc annoncé que la région de Chaudière-Appalaches sera finalement divisée en sous-régions.

Les MRC des Etchemins, de L'Islet et de Montmagny passeront donc en alerte orange comme le Bas-Saint-Laurent.

La Chambre de commerce Kamouraska-L’Islet, qui réclamait cette scission dans la région de Chaudière-Appalaches, semble donc avoir été entendue.

La ministre responsable des deux régions administratives, Marie-Eve Proulx, admet que les préoccupations soulevées par cette disparité entre les niveaux d'alerte, à la fois par les instances de L'Islet et de Kamouraska au cours des derniers jours, de même que celles des MRC de Montmagny et des Etchemins, ont eu un certain poids dans cette décision du gouvernement.

Beaucoup de voix se sont élevées dans ce dossier-là. Les préoccupations ont été portées auprès de la santé publique qui a, en plus, réévalué les données des derniers jours pour la région de Chaudière-Appalaches.

Marie-Eve Proulx, ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent

Mme Proulx se dit satisfaite de la décision du gouvernement.

C'est une excellente nouvelle pour les gens de la région où les données épidémiologiques démontraient le faible pourcentage de la population affectée par la COVID. Ça permet aux entrepreneurs, aux restaurateurs et aux propriétaires de bars de rester ouverts dans les régions de Côte-du-Sud et de Chaudière-Appalaches, poursuit la ministre.

Le préfet de la MRC de Kamouraska, Yvon Soucy, abonde dans le même sens que la ministre.

Le nombre de cas dans ces MRC-là n'était vraiment pas très élevé. [...] Donc, je trouve que c'est une bonne nouvelle pour ces MRC-là.

Yvon Soucy, préfet de la MRC de Kamouraska

Il souligne l'importance des liens de proximité entre le Kamouraska et les MRC de Chaudière-Appalaches situées juste à l'ouest de sa frontière.

On a beaucoup de liens de proximité, si je peux dire. Donc, nous on trouvait que leur demande était tout à fait raisonnable. Puis, le premier ministre avait toujours laissé entendre que c'était possible qu'il y ait des ajustements à l'intérieur de régions, avance le préfet.

Cette nouvelle réjouit aussi le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon, la ville qui se situe à la frontière entre le Bas-Saint-Laurent et Chaudière-Appalaches.

Très content parce qu'il y a avait eu quand même beaucoup de pression des politiques et économiques dans ces secteurs-là aussi parce qu'il y a quand même un lien naturel, un lien indéniable entre le Kamouraska et L'Islet et même plus que ça, soutient-il.

Avec des informations de Jérôme Lévesque-Boucher

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !