•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tourisme aux îles de la Madeleine : les deux revers de la médaille

Butte de Cap-aux-Meules, à l'entrée des Îles-de-la-Madeleine

Les Madelinots entretiennent des perceptions négatives face au tourisme, bien qu'ils reconnaissent son apport à l'économie et la vitalité de leur milieu.

Photo : Tourisme Îles de la Madeleine

Un questionnaire sur les perceptions des Madelinots face au tourisme révèle que 57 % des répondants estiment qu’il y a trop de visiteurs aux Îles-de-la-Madeleine durant l’été. Toutefois, 89 % reconnaissent que le tourisme est un facteur de croissance économique pour l’archipel.

Le comité de travail sur le développement touristique de la Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine a présenté mardi après-midi les résultats des consultations menées ce printemps (Nouvelle fenêtre) auprès de quelque 500 personnes, dont près de 90 % sont des résidents de l'archipel.

Le comité de travail a pour objectif de faire ressortir les perceptions face au tourisme ainsi que les idées de la population, explique la directrice du développement du milieu à la municipalité des Îles-de-la-Madeleine, Josianne Pelosse. Le but est de savoir comment les Madelinots se sentent par rapport à l’industrie touristique.

D’une part, 84 % des personnes consultées estiment que le tourisme exerce une trop grande pression sur la disponibilité de logements à l’année aux Îles-de-la-Madeleine et que la présence des touristes engendre trop de difficultés pour les Madelinots qui veulent quitter l’archipel par bateau.

De plus, 59 % des répondants sont d’avis que le milieu n’a pas la capacité de soutenir les impacts du tourisme en matière de gestion des déchets et 64 % croient que la pression touristique sur l’eau potable est trop forte.

D'autre part, la grande majorité (92 %) des personnes interrogées estiment que le tourisme met en valeur les produits madelinots, 76 % pensent que l'industrie touristique contribue à l’attraction de nouveaux arrivants et 74 % évaluent que les activités touristiques engendrent des retombées sociales et culturelles bénéfiques pour la population locale.

Deux visiteurs marchent dans un sentier de Grande-Entrée

Plus de 60% des répondants estiment que le tourisme permet de mettre en valeur et de préserver la culture locale et le mode de vie insulaire de l'archipel, alors que 22% croient le contraire.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le comité de travail sur le développement touristique, formé de citoyens, de représentants municipaux et touristiques, a été créé en décembre 2019 pour réfléchir à l’avenir du tourisme aux Îles-de-la-Madeleine, puisque l’achalandage ne cessait de croître avant la pandémie.

On entendait beaucoup de perceptions défavorables au tourisme dans la population locale, explique Josianne Pelosse. Au-delà de l’entendre de façon informelle, on voulait répertorier les suggestions et les commentaires pour les prendre en compte dans nos démarches.

La démarche qu’on fait, c’est vraiment pour aller vers un tourisme de plus en plus durable, puis de conserver la qualité de vie des Madelinots même si on a un achalandage qui augmente.

Josianne Pelosse, directrice du développement du milieu aux Îles-de-la-Madeleine
Des visiteurs portant des masques contemplent l'île d'Entrée.

L'an dernier, 68 000 visiteurs ont visité l'archipel madelinot durant l'été. Le bilan 2020 a chuté à moins de 30 000 touristes en 2020, en raison de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Écart entre perceptions et réalité

À certains égards, Josianne Pelosse note toutefois des distorsions entre les perceptions des Madelinots et les données réelles.

Par exemple, selon des statistiques compilées par la Municipalité, l’industrie touristique consomme autant d’eau que les usines de transformation des produits marins durant l’été et les réserves d’eau potable sont largement supérieures à la consommation. De plus, bien que l’achalandage touristique ait augmenté entre 2016 et 2019, la consommation d’eau annuelle a diminué durant la même période.

C’est intéressant de comparer la perception des Madelinots par rapport aux faits véridiques, affirme Josianne Pelosse, en soulignant que ces données sont révélatrices.

Si la population sent une trop grande pression par rapport à l’achalandage, ça veut dire qu’il y a probablement des améliorations à faire sur notre gestion touristique .

Josianne Pelosse, directrice du développement du milieu aux Îles-de-la-Madeleine
Photo de Josianne Pelosse, une femme aux cheveux bruns.

La directrice du développement du milieu à la municipalité des Îles-de-la-Madeleine, Josianne Pelosse

Photo : Courtoisie

À la lumière de ces résultats, le comité de travail va rédiger des recommandations d’ici décembre dans le but d’assurer un équilibre entre le développement du tourisme et le bien-être de la population locale. Le rapport sera soumis à la Communauté maritime des Îles et à Tourisme Îles de la Madeleine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !