•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

École et port du masque : la mère d'un enfant autiste demande plus de clarté

La Saskatchewanaise Carrie Hart et son fils Lucas.

Les premiers jours de transport scolaire ont été particulièrement épineux, relate Carrie Hart. Son fils autiste, Lucas, retirait sans cesse son masque, si bien que l’école ne voulait plus qu’il monte à bord de l’autobus.

Photo : Radio-Canada / Soumise par Carrie Hart

Les directives entourant le port du masque à l’école et dans l’autobus, différentes d’une division scolaire à l’autre, provoquent du stress aux enfants autistes, estime une Saskatchewanaise, qui demande que ces règles soient uniformisées à travers la province.

La majorité des divisions scolaires imposent le masque aux élèves de tous âges lorsqu’ils prennent l’autobus, et dans la plupart des écoles de la Saskatchewan, les jeunes de la 4e à la 12e année sont obligés de le porter.

Dans les plans de retour en classe des écoles publiques et catholiques de Saskatoon, il est inscrit que des accommodements peuvent être faits si un élève ou un membre du personnel ne peut pas porter le masque pour des raisons médicales.

Du côté de la Division scolaire Prairie Spirit, toutefois, le document précise que tous les élèves doivent en porter dans l’autobus.

Cette politique de masque obligatoire dans l’autobus, annoncée à la fin du mois d’août par la Division scolaire Prairie Spirit, a été accueillie négativement par Carrie Hart, la mère de Lucas, un jeune garçon autiste.

Il a beaucoup de mal à parler. C’est donc très difficile pour lui de communiquer ses besoins et ses désirs [quand il porte le masque], explique la Saskatchewanaise.

Il a été très difficile pour lui de comprendre qu’il devait porter un masque dans l’autobus.

Carrie Hart, mère d'un jeune garçon autiste

Selon Carrie Hart, les enfants autistes ont du mal à transférer et adapter leurs connaissances en fonction de la situation. Son fils peut donc apprendre à porter le masque à la maison, sans toutefois comprendre qu’il doit aussi le faire à l’école, illustre-t-elle.

Les deux premiers jours de transport scolaire ont été particulièrement épineux, relate la mère. Lucas retirait sans cesse son masque, si bien que l’école ne voulait plus qu’il monte à bord de l’autobus.

Pendant deux semaines, les parents ont dû modifier leur horaire de travail pour assurer son transport.

L’autobus est important pour lui. C’est un de ses moments préférés de la journée, illustre la mère de Lucas.

Un autobus plus grand pour le jeune garçon

La Division scolaire Prairie Spirit a indiqué à Carrie Hart qu’elle avait trouvé une place pour Lucas dans un autobus plus grand, lui permettant d’y monter sans masque. La mère les a aussitôt félicités pour leur proactivité.

Elle réclame néanmoins une directive cohérente à travers la province pour éviter qu’une telle situation ne se reproduise.

Il y a tellement d’incohérences entre les directives. C’est très difficile pour les enfants qui ont besoin d’aide supplémentaire, résume la Saskatchewanaise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !