•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : une infirmière reçoit un résultat positif en plein quart de travail

L'Hôtel-Dieu de Lévis.

L'Hôtel-Dieu de Lévis

Photo : Radio-Canada / Jean-François Nadeau

Une infirmière de l’Hôtel-Dieu de Lévis a été contrainte de se rendre au travail alors qu’elle était en attente d’un résultat d’un test de dépistage de la COVID-19. On lui a finalement confirmé mardi soir, alors qu’elle prenait soin de ses patients, qu’elle était atteinte de la maladie.

Ce n’est qu’à ce moment qu’elle a obtenu l’autorisation de rentrer chez elle pour s’isoler et éviter de propager le virus. On voit que le résultat est positif, on les appelle en panique pour sortir du département. Il est trop tard, dénonce Laurier Ouellet, président du Syndicat des professionnelles en soins de Chaudière-Appalaches (SPSCA-FIQ).

Dans ce cas-ci, l’infirmière avait eu certains symptômes pendant son quart de travail de dimanche. Elle était en congé de maladie le lundi et a subi un test de dépistage mardi matin. Le mal de gorge persistait, mais la fièvre avait disparu et le CISSS de Chaudière-Appalaches lui a demandé de se présenter à son poste en fin de journée, pour finalement la retirer promptement en soirée quand le résultat positif est tombé.

Pendant plusieurs heures, l’infirmière atteinte de la COVID-19 a donc côtoyé une cinquantaine de patients et une douzaine de collègues dans son service.

Laurier Ouellet, président du SPSCA-FIQ.

Laurier Ouellet, président du SPSCA-FIQ

Photo : Radio-Canada

Si on ne fait pas plus attention que ça, c'est nous autres, les milieux de soins, qui vont contaminer la population, les patients et les infirmières qu'il faut protéger.

Laurier Ouellet, président du SPSCA-FIQ

Isolement automatique

Au CISSS de Chaudière-Appalaches, la directrice des ressources humaines et des communications s’explique mal ce qui a pu se passer. Kathy Plante précise qu’il est difficile pour elle de commenter les cas individuels, mais elle ajoute que selon les mesures de prévention mises en place, une infirmière qui a un mal de gorge ne devrait pas être au travail alors qu’elle attend le résultat d’un test de dépistage.

Kathy Plante, directrice des ressources humaines, communications et affaires juridiques, au CISSS de Chaudière-Appalaches.

Kathy Plante, directrice des ressources humaines, communications et affaires juridiques, au CISSS de Chaudière-Appalaches

Photo : Radio-Canada

Lorsque les symptômes sont plus sérieux, ou directement liés à la COVID-19, donc les fameux maux de gorge, la perte d'odorat, là, c'est un isolement automatique. Mme Plante assure que seuls les employés qui ont des symptômes très légers, comme un écoulement nasal, sont autorisés à travailler dans l’attente d’un résultat.

Les maux de gorge sont considérés comme des symptômes modérés puisqu’ils sont directement associés à la COVID-19. Chez nous, les gens qui ont des symptômes modérés, [...] ils ne travaillent pas. Ils sont en isolement.

Mercredi, le CISSS de Chaudière-Appalaches a également confirmé que l’Hôtel-Dieu de Lévis était aux prises avec une éclosion de COVID-19 et que les équipes s'affairaient à faire du dépistage auprès des usagers et des employés. Il n'est pas possible de faire un lien entre cette éclosion et l'infirmière qui a reçu un résultat positif alors qu'elle était au travail.

Avec la collaboration de Pierre-Alexandre Bolduc et Camille Simard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !