•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Planter des arbres pour compenser la vente de vêtements chez Mode Choc

Le stationnement d'une boutique Mode Choc avec quelques voitures et clients.

La chaîne régionale Mode Choc

Photo : Radio-Canada

Laurie Gobeil

Mode Choc prévoit remettre 20 000 $ au programme Carbone boréal pour compenser ses émissions de gaz à effets de serres (GES) avec la vente de vêtements de sa Collection écolo.

Pour chaque article de cette collection vendu, l'entreprise régionale remettra 1 $ au programme.

Mode Choc a ajusté son objectif de 2020 en fonction de sa production de vêtements. C’est la troisième année consécutive que l’entreprise s’associe avec Carbone boréal, dont l’infrastructure de recherche est située à l’UQAC. La plantation d’arbres permet la compensation d’une partie des gaz à effet de serre (GES) des activités réalisées par l’entreprise. Au cours des deux dernières années, Mode Choc a remis 30 000 $ à Carbone boréal.

Chaque fois que l’on sort une production de ces chandails là. C’est très populaire donc on a décidé d’en faire produire plus cette année, précise la directrice générale adjointe, Christel Roussy.

Christel Roussy est directrice générale adjointe chez Mode Choc.

Christel Roussy est à la fois fière de pouvoir offrir cette collection aux clients et aussi de pouvoir collaborer avec l’organisme Carbone boréal.

Photo : Avec l'autorisation de Mode Choc

Ligne de vêtements écolos

Exclusive à Mode Choc, la Collection écolo est dessinée au Québec, conçue en Inde avec du coton biologique et possède la certification biologique Global Organic Textile Standard (GOTS).

Notre fournisseur en Inde, c’est quelqu’un en qui on a extrêmement confiance. C’est des liens plus que des liens professionnels. Par exemple, nous sommes allés au mariage de sa fille en Inde. On est allé dans son usine voir comment ça fonctionnait. [Notre fournisseur], c’est une personne vraiment humaine.

En 2020, 18 % de la production totale des vêtements créés par Mode Choc, notamment ceux des marques VAMOS, ZONE CHOC ou ABY, est issue de culture biologique. Cette production a connu une augmentation de 8 % par rapport à l’année dernière.

 Les vêtements en coton sont très recherchés. [La production de coton] demande beaucoup de ressources, beaucoup d’eau. La production de coton biologique vient vraiment compenser le fait qu’on produit beaucoup de vêtements en coton. 

Christel Roussy, directrice générale adjointe
Près de 20 % des vêtements créés par Mode Choc sont faits en coton biologique.

En 2020, 18 % de la production totale des vêtements créés par Mode Choc est issue de la culture biologique.

Photo : Avec l'autorisation de Mode Choc

La popularité de la collection s’explique par son style, son côté « vert » mais aussi, son prix, selon la directrice générale adjointe.

Nous ce que l’on veut un peu, c’est démocratiser la mode écologique. C’est pas parce qu’un produit est écologique qu’il doit nécessairement être très dispendieux. [...] On bénéficie d’un volume qui nous permet de pouvoir offrir un prix intéressant. [...] Chaque année, les gens en achètent car les poches sont différentes.

La directrice générale adjointe Christel Roussy et les membres de son équipe de design sont d’ailleurs actuellement à la recherche de matériaux qui leur permettraient d’offrir de nouveaux produits éthiques et d’évoluer dans cette mode.

On regarde le polyester recyclé fait à base de bouteilles d’eau. Pour les bottes que l’on fait on regarde pour avoir une certification naturelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !