•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de Coupe du monde de patinage de vitesse avant 2021

Dubreuil salue la foule.

Laurent Dubreuil célèbre après sa course de 500 m aux mondiaux de sprint à Hamr, en Norvège.

Photo : ntb scanpix/afp via getty images / GEIR OLSEN

Tous les événements des circuits de la Coupe du monde de patinage de vitesse courte et longue piste prévus d’ici 2021 sont annulés. Un dur coup pour le Lévisien Laurent Dubreuil et ses coéquipiers de l’équipe canadienne qui n’ont nulle part où patiner cet automne.

L’Union internationale de patinage (ISU) avait déjà décidé d'annuler les étapes de la Coupe du monde de patinage longue piste prévues en novembre et décembre, mais étudiait l'idée d'une compétition-bulle au Pays-Bas, durant cette période.

On était super optimiste. On y croyait vraiment, lance Laurent Dubreuil. C’est donc comme un coup de massue qu’il a pris l’annonce de mercredi.

C’est que l'ISU a tranché qu'il était prématuré de tenter un événement-bulle considérant la pandémie volatile et imprévisible en cours. Il n'est donc plus question d'une compétition avant 2021. Je suis très déçu. C’était notre dernière chance, se désole le patineur de Saint-Étienne-de-Lauzon.

Les patineurs courte piste vivent une situation similaire. Les trois événements internationaux toujours prévus en Asie, en décembre, passent dans le couperet, dont la Coupe du monde de Pékin, qui devait servir d’événement-test en vue des Jeux olympiques de 2022. Cette dernière devra vraisemblablement être reprise.

Nulle part où patiner

Sauf que les patineurs de vitesse longue piste canadiens doivent composer avec un obstacle supplémentaire. L’anneau de Calgary où ils s’entraînent habituellement durant l’été et l’automne est fermé en raison de réparations.

Comme le Centre des glaces de Sainte-Foy ne sera finalement ouvert qu’à l’automne 2021, les athlètes de l'équipe canadienne n’ont nulle part au pays où s’entraîner sur un véritable anneau.

Normalement, en septembre, j’aurais été à Calgary durant deux semaines pour m’entraîner. Puis trois semaines en octobre, avant de partir sur le circuit de la Coupe du Monde , relate Laurent Dubreuil, 28 ans.

Résultat, il n'a patiné qu'une semaine durant les six derniers mois et il ne semble pas que la situation se corrigera cet automne. Le tout à 17 mois des Jeux olympiques d’hiver alors que Dubreuil vient de connaître la meilleure saison de sa carrière, étant sacré vice-champion du monde de sprint, fin février.

C’est très difficile pour l’équipe canadienne au complet. Nos compétiteurs des autres pays, leurs anneaux ne sont pas fermés et ils peuvent s’entraîner sur la glace. On a déjà une longueur de retard, et là on va en avoir deux ou trois. Une compétition-bulle au Pays-Bas, c’était notre seule chance de toucher à la glace cet automne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !