•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 30 septembre pourrait être la Journée vérité et réconciliation en 2021

Le dessin d'une jeune fille apeurée par deux religieuses devant un pensionnat autochtone.

La couverture du livre « Orange Shirt Story » représente Phyllis Webstad, à l'âge de 6 ans, dans son nouveau chandail orange lors de sa première journée au pensionnat St. Joseph Mission de Williams Lake, en Colombie-Britannique.

Photo : Medicine Wheel Education

Sandra Poirier

Depuis 2013, le 30 septembre est la Journée du chandail orange, en hommage aux survivants des pensionnats autochtones. Dès l’an prochain, cette date pourrait s'ajouter au calendrier des jours fériés du gouvernement fédéral, en devenant la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation.

Le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, a déposé, mardi, un projet de loi qui entraînerait, s’il est adopté, la création d’un nouveau jour férié afin de rendre hommage aux survivants des pensionnats, à leur famille et à leur communauté.

En reconnaissant une Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, nous permettrions à tous les Canadiens de réfléchir, d'apprendre, de faire leur deuil et de prendre des mesures collectives en faveur de la réconciliation, affirme par communiqué le ministre des Affaires du Nord, Daniel Vandal. Aujourd'hui, nous franchissons une nouvelle étape importante en suivant ensemble ce chemin commun.

La création de ce jour férié est l'une des 94 recommandations des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

La date du 30 septembre a été retenue parce que la Journée du chandail orange, qui est déjà établie, permet justement aux écoles et à la société en général de commémorer l’histoire et les séquelles des pensionnats.

Réflexions sur la réconciliation

Comme beaucoup d'autres élèves du pays, les enfants d’âge scolaire au Manitoba soulignent la Journée du chandail orange mercredi. Selon Joël Tétrault, un enseignant métis de Winnipeg, le monde de l'éducation doit aller encore plus loin pour atteindre la réconciliation.

Spécialisé dans l'enseignement des perspectives autochtones au Collège Béliveau, Joël Tétrault fait cette constatation : De grands progrès ont eu lieu au cours des cinq dernières années, surtout depuis les 94 recommandations des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation.

Il y a 10 ans, les élèves ne savaient rien des pensionnats autochtones, dit-il. Aujourd’hui, ils ont une idée des conséquences, des causes. Ils ont des questions.

Ces progrès ne se font pas au même rythme partout. En éducation, par exemple, certains conseils scolaires sont plus avant-gardistes que d’autres en matière d’inclusion des perspectives autochtones, dit Joël Tétrault, qui souhaite voir une véritable décolonisation dans l’enseignement des matières scolaires.

Les perspectives autochtones doivent être incluses dans tous les cours et à tous les niveaux.

Joël Tétrault, enseignant au Collège Béliveau

La perspective autochtone peut être intégrée à l’enseignement des sciences, des mathématiques ou de la santé, et pas seulement dans les cours d’histoire et de géographie, assure l'enseignant qui est aussi père de trois enfants, Métis comme lui.

Cette année, la Journée du chandail orange a lieu au lendemain de la mort de Joyce Echaquan à l’hôpital de Joliette, au Québec. Selon Joël Tétrault, cet événement tragique vient souligner l’omniprésence du racisme systémique dans le système scolaire et dans la société en général. Et nous rappeler qu'il reste beaucoup à faire pour cheminer vers la réconciliation.

Optimiste malgré tout, Joël Tétrault applaudit les efforts menés par des organismes, donnant l'exemple de l’Université de Saint-Boniface, qui offre désormais un cours sur les perspectives autochtones aux futurs enseignants.

Avec les informations de Patricia Bitu Tshikudi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !