•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Charlevoix et Portneuf ne veulent pas de barrage avec Québec

Des policiers discutent avec des automobilistes sur une route

Lors de la première vague, la Sûreté du Québec effectuait de la surveillance à l'entrée de Charlevoix pour s'assurer qu'il n'y ait pas de déplacement inutile entre les régions.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Pour le moment, les élus de Charlevoix et Portneuf ne croient pas que des barrages routiers pour bloquer les résidents des paliers d’alerte rouge, comme Montréal et Québec, soient nécessaires.

Dès cette nuit, toutes les régions verront leur niveau d’alerte augmenter en raison de la prévalence de la COVID-19 au Québec; ce qui vient avec de nombreuses restrictions, comme la fermeture des salles à manger des restaurants, et la fermeture des bars dans les régions les plus touchées par la deuxième vague.

Dans la Capitale-Nationale, l’agglomération de Québec ainsi que les MRC de la Jacques-Cartier, Côte-de-Beaupré et de l'Île-d'Orléans devront se soumettre aux nouvelles directives du palier rouge, mais Charlevoix et Portneuf sont épargnés. Ces régions passent donc au palier orange.

La communauté portneuvoise se sent privilégiée d’avoir maintenu son statut de zone orange. Mais nous sommes conscients que la situation pourrait se détériorer, ce pourquoi nous demandons la collaboration des citoyens de Québec pour qu’ils respectent les consignes, indique le préfet de Portneuf, Bernard Gaudreau, qui estime que des barrages routiers, comme lors de la première vague, ne sont pas encore nécessaires.

Une affiche à l'entrée de la Vallée Bras-du-Nord, dans Portneuf

La Vallée Bras-du-Nord, dans Portneuf, a attiré de nombreux visiteurs au cours de l'été.

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Déplacements non recommandés

Selon le gouvernement, les déplacements sont non recommandés dès qu’une région bascule sous le palier orange. Pour ce qui est du palier rouge, il est écrit que les déplacements sont non recommandés vers une zone verte, jaune ou orange et à l’extérieur du Québec.

Cette recommandation suffit également à la préfète de la MRC de Charlevoix, Claudette Simard. Lundi, j'ai discuté avec mes confrères et pour le moment, c'est correct comme ça. On s’attend à ce que la sécurité publique et la santé publique surveillent la situation, et s’il y a des changements à faire, au niveau de la surveillance sur les routes, ce sera fait par la sécurité publique, dit-elle.

Le premier ministre François Legault et la vice-première ministre Geneviève Guilbault tiendront un point de presse à 17 h - un des rares moments où ils répondent en même temps aux questions des journalistes - pour détailler les nouvelles mesures restrictives concernant la COVID-19.

Un rappel sur les réseaux sociaux qui fait réagir

Ces différences entre les régions créent malgré tout des inquiétudes. Mardi, les administrateurs de la Vallée Bras-du-Nord, dans Portneuf, ont rappelé aux visiteurs que les clients des zones rouges doivent annuler leur déplacement dans la région. Le message publié sur Facebook a suscité des centaines de réactions.

AVIS IMPORTANT❗️ La région de Portneuf est actuellement dissociée de la Capitale Nationale dans les codes de...

Posted by Vallée Bras-du-Nord on Tuesday, September 29, 2020

L’important, c’est de montrer qu’on respecte les consignes. Notre situation fait en sorte que nous devons travailler avec des propriétaires de terrain, des gens de la région, on doit montrer l’exemple, explique Frédéric Asselin, directeur général de la Vallée Bras-du-Nord.

Il précise que son organisation ne souhaite pas jouer à la police. Ce n’est pas notre rôle, on ne va pas demander les passeports. Nous, on veut tout simplement rappeler les recommandations.

Le préfet de Portneuf croit lui aussi qu’il est important de montrer le bon exemple, pour le bien-être de la population. Le palier qui précède le rouge, c'est le orange, et on y est. Si on ne suit pas les consignes, on n'est pas à l'abri, je pense qu'on doit faire preuve d'une grande vigilance, mentionne-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !