•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le taux de positivité des cas de COVID-19 diminue en Colombie-Britannique

Des experts en santé publique y voient une tendance encourageante.

Une technicienne de laboratoire tient un écouvillon dans la main.

Le nombre de tests effectués en Colombie-Britannique est d’environ 5500 à 8000 par jour. On note une augmentation des tests entre le mercredi et le samedi.

Photo : Associated Press / Jean-Francois Badias

Radio-Canada

Le pourcentage de tests positifs à la COVID-19 en Colombie-Britannique se situait la semaine dernière à moins 2 %, et ce, malgré une augmentation du dépistage. La tendance réjouit des experts en santé publique.

Un tel taux n’a pas été observé dans la province depuis le mois de juillet. En juin, il était sous la barre de 1 %, mais au plus fort de la pandémie, en avril, il avait atteint 7 %.

Le taux de positivité est le pourcentage de tests positifs à la COVID-19 par rapport au nombre de tests effectués.

Le taux de positivité est quelque chose que nous surveillons, explique la médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry. S'il est supérieur à 5 %, c'est qu'il y a une transmission communautaire préoccupante.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Des données qui peuvent être trompeuses

Le taux de positivité peut être trompeur si la province teste de manière inefficace des milliers de personnes qui ne présentent pas de symptômes, note la mathématicienne de l'Université Simon Fraser (SFU), Caroline Colijn.

Malgré tout, un faible taux d’infection pourrait indiquer que la flambée de cas en Colombie-Britannique s'est atténuée, du moins temporairement, ce qui signifie que la transmission communautaire est assez faible, dit-elle.

On ne semble pas voir une tendance de croissance exponentielle. Il pourrait y avoir des signes de ralentissement, ce qui est formidable.

Caroline Colijn, mathématicienne de l'Université Simon Fraser (SFU)
Le ministre de la Santé, Adrian Dix, et la médecin hygiéniste en chef Bonnie Henry s'adressent aux médias pendant la pandémie de la COVID-19.

La décision des autorités sanitaires de fermer les boîtes de nuit pourrait avoir eu des effets positifs dans la lutte contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Un plateau?

Mardi, la Colombie-Britannique a recensé 105 cas de COVID-19 sur son territoire. Au cours des 5 jours précédents, la province avait recensé un nombre de cas inférieur à 100, une première depuis le long week-end de la fête du Travail.

La fermeture des boîtes de nuit et des salles de banquet le 8 septembre montre des résultats encourageants, selon Mme Colijn, qui est également titulaire de la Chaire de recherche Canada 150 en modélisation mathématique de l’évolution des agents pathogènes et santé publique.

Nous ne pouvons jamais vraiment savoir avec certitude pourquoi un changement se produit, dit-elle toutefois.

Les données montrent que la rentrée scolaire n’a, par exemple, pas eu d’effets conséquents sur le nombre de cas, observe Mme Coljin.

Cela signifie que nous n'avons pas eu de malchance le premier jour [de rentrée] et c'est génial. Mais cela ne veut pas dire que nous serons toujours chanceux, ajoute-t-elle.

Nous devons continuer à être vigilants, conclut-elle.

Avec les informations de Justin McElroy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !