•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1000 nouveaux cas de COVID-19 par jour anticipés en Ontario en octobre

Une infirmière prélève un échantillon dans le nez d'un homme pour un test de dépistage de la COVID-19 dans un parc de Brooklyn, le 25 septembre 2020.

Un test de dépistage de la COVID-19.

Photo : Reuters / Brendan McDermid

Mathieu Simard

Les dernières prévisions du gouvernement de l'Ontario font état d'une deuxième vague de COVID-19 bien plus intense que la première, avec environ 1000 nouveaux cas signalés chaque jour dans la première moitié d'octobre.

Les projections de modélisation présentées mercredi ne tiennent cependant pas compte des nouvelles restrictions sur la taille des rassemblements et celles imposées aux bars et aux restaurants récemment.

Dans les documents dévoilés mercredi, la province souligne que la recrudescence du coronavirus touche majoritairement le groupe des 20 à 39 ans, mais indique aussi que l'augmentation du nombre de cas est observée pour toutes les tranches d'âge.

Mercredi, l'Ontario a recensé 625 nouveaux cas et quatre morts.

Restrictions à venir

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr David Williams, a prévenu que des actions supplémentaires étaient à prévoir afin d'aplatir la courbe de la deuxième vague dans la province.

Le Dr Williams a notamment fait allusion aux activités sportives en groupe, pour lesquelles le risque de transmission est élevé. Les salles de réception et certains lieux de travail préoccupent aussi la santé publique.

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario lors du dévoilement des prévisions provinciales.

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le docteur David Williams, prévient que des restrictions supplémentaires pourraient être annoncées prochainement afin de changer la trajectoire actuelle de la propagation du virus.

Photo : Radio-Canada

Toutefois, contrairement au Québec, les responsables ontariens ne recommandent pas la fermeture de certains commerces, comme les restaurants, pour le moment.

Une affiche dit "mets à emporter seulement" devant un restaurant.

Depuis le 26 septembre, les bars et restaurants de l'Ontario doivent fermer leurs portes à minuit, et la vente d’alcool y est interdite dès 23 h.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

En l'absence de données probantes sur les éclosions dans le milieu de la restauration, la santé publique est incapable de justifier une telle mesure : Pourquoi pénaliser des commerces qui ont beaucoup investi pour rouvrir, si on ne peut prouver qu'ils sont la source d'éclosions majeures, a indiqué le Dr Williams.

Pression supplémentaire sur les hôpitaux

Même si le nombre de patients aux soins intensifs demeure actuellement stable, la modélisation prévoit que le nombre d'hospitalisations devrait grimper avec l'augmentation des cas de COVID-19.

Selon les projections, le réseau de la santé sera en mesure de répondre à la recrudescence du virus et de maintenir les chirurgies déjà planifiées si le nombre de patients aux soins intensifs atteints de la COVID-19 demeure sous la barre des 150.

Au-delà de ce seuil quotidien, la pression sur le système de santé pourrait avoir des répercussions sur les autres soins offerts. Nous aurons à faire des changements pour accommoder ces activités dans nos soins intensifs, prévient le président-directeur général de Santé Ontario, Matthew Anderson, en mentionnant le seuil des 350 hospitalisations.

Mercredi, il y a avait 150 patients hospitalisés en Ontario à cause du coronavirus. De ce nombre, 35 étaient aux soins intensifs et 17 étaient sous respirateur.

Contrairement aux projections dévoilées au printemps, le modèle automnal de la province ne contient pas de prévisions sur la mortalité de la COVID-19. Les experts parlent toutefois d'une situation très similaire, avec un potentiel de mortalité élevé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !