•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'opposition s'est ralliée à contrecœur au projet de loi d'aide aux travailleurs

Yves-Francois Blanchet en conférence de presse.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, déplore que les libéraux aient imposé un bâillon dans le seul but de faire de la politique de façon partisane.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le Bloc québécois et le Parti conservateur ont décidé de donner leur appui au projet de loi C-4, adopté à l'unanimité, même s'ils étaient insatisfaits de la manière dont les libéraux ont procédé.

Le gouvernement Trudeau avait décrété que ce vote constituait un premier vote de confiance depuis le retour des travaux parlementaires et avait écourté les débats afin de faire passer leur projet de loi en vitesse. Il s'était déjà assuré de l'appui du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Selon Gérard Deltell, leader parlementaire des conservateurs, la façon de faire des libéraux était tout à fait indigne d'un gouvernement.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a également dénoncé mercredi matin des motivations partisanes et potentiellement électoralistes de la part du gouvernement Trudeau.

Nous avons voté de façon unanime suite à un bâillon qui mettait en cause la confiance du gouvernement. Si ce n'est pas une situation farfelue!, a-t-il déclaré.

M. Blanchet estime que les libéraux ont imposé un vote de confiance et un bâillon dans le seul but de fermer de nouveau le Parlement et [...] de renvoyer les oppositions à la maison.

On veut instrumentaliser une pandémie gravissime au bénéfice du Parti libéral du Canada, a-t-il lancé, tout en mentionnant qu'il fallait tout de même s'assurer d’être irréprochable en termes de normes sanitaires.

Yves-François Blanchet et Erin O'Toole étaient d'ailleurs de retour sur la Colline du Parlement mercredi après s'être remis de la COVID-19. Les chefs du parti conservateur et du Bloc Québécois s'étaient tous deux isolés après avoir attrapé la maladie respiratoire.

Le projet de loi C-4 a été adopté à la Chambre des communes, tôt mercredi matin, après une journée de manœuvres politiques et seulement quatre heures et demie de débat sur le contenu réel du projet de loi. Il instaure trois nouvelles prestations plus ciblées qui remplacent la défunte Prestation canadienne d'urgence (PCU). Il vient aussi élargir les critères d'admissibilité à la prestation de congé de maladie pour que puissent en bénéficier davantage de Canadiens.

Le projet de loi doit encore être adopté par le Sénat, qui doit se réunir mercredi pour se prononcer rapidement, et recevoir la sanction royale, avant de devenir une loi.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !