•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Américains enlevés : 4 hommes accusés d’enlèvement, de séquestration et d’extorsion

Le couple d'Américains, James A. Helm père et Sandra L. Helm, assis sur un canapé.

Le couple d'Américains, James A. Helm père et Sandra L. Helm, qui a été retrouvé sain et sauf à Magog après avoir été enlevé par un groupe de cinq individus.

Photo : Facebook/ New York State Police

Radio-Canada

Les quatre hommes arrêtés mardi à Magog en lien avec l’enlèvement d’un couple d’Américains disparu la fin de semaine dernière font face à des accusations de séquestration, d’enlèvement, d’extorsion et de complot.

Les quatre hommes ont comparu par téléphone mercredi après-midi, depuis leur centre de détention, au palais de justice de Montréal.

La poursuite s'est opposée à leur remise en liberté. Par ailleurs, le tribunal leur interdit de communiquer avec les ex-otages et leurs familles. Une prochaine audience aura lieu le 6 octobre.

L'identité des accusés est désormais connue. Il s’agit des Montréalais George et Kosmas Dritsas, père et fils, âgés respectivement de 75 et de 49 ans, du Magogois Franco D'Onofrio, 54 ans, et de Taylor Lawrence Martin, 31 ans, originaire d’Akwesasne.

Tous, à l'exception de Kosmas Dritsas, ont des antécédents judiciaires au Québec.

Chacun d’entre eux fait face aux chefs d’accusation d’enlèvement de Sandra Helm et de James Helm, de séquestration du couple, d’extorsion et de complot.

Une perquisition a eu lieu à Magog

En avant-midi mercredi, une perquisition a eu lieu dans une résidence située près du lac Lovering, à Magog. C'est l'endroit où le couple d'Américains, originaire de Moira, dans l'État de New York, a été retrouvé sain et sauf mardi.

Les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) avaient retrouvé les otages alors que trois individus sortaient de la résidence de la rue Grande-Allée avec eux.

L'enquête a permis d'arrêter deux autres suspects.

Selon un voisin, le couple d'Américains aurait été transporté en ambulance et au moins huit véhicules de police banalisés se trouvaient sur place. Le voisin a mentionné qu'il s'agissait d'un coin tranquille aux abords du lac.

L’enquête, qui a été confiée au Service des enquêtes sur les crimes contre la personne, se poursuit.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.