•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’incertitude continue de planer sur l’avenir de la traverse Rivière-du-Loup–Saint-Siméon

Le traversier Trans Saint-Laurent  photographié sur l'eau.

Le traversier N.M. Trans Saint-Laurent assure actuellement le service entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon (archives).

Photo : Radio-Canada

Michaële Perron-Langlais

Alors que les appels en faveur du maintien de la traverse Rivière-du-Loup–Saint-Siméon au port de Rivière-du-Loup se multiplient depuis le début de la semaine, la Société des traversiers du Québec (STQ) répète qu’aucune décision n’a été prise dans ce dossier.

Depuis plusieurs mois, la STQ analyse différents scénarios pour l’avenir du service. Parmi eux, l’utilisation du port de Gros-Cacouna, qui permettrait de prolonger la saison de la traverse plus tard dans l’hiver, l’eau y étant plus profonde qu'à Rivière-du-Loup.

Parmi les options étudiées, il serait aussi possible de maintenir le service à Rivière-du-Loup, ou encore d'effectuer une partie de la saison au port actuel, et le reste à Cacouna.

Le Saaremaa accosté à un port.

Le Saaremaa pourrait remplacer le N.M. Trans Saint-Laurent (archives).

Photo : Radio-Canada

Le porte-parole de la STQ, Alexandre Lavoie, n’est pas en mesure d’indiquer à quel moment il sera possible de connaître le résultat de ces analyses. Il n’y a pas de date butoir, parce qu’évidemment, on veut bien faire les choses, dit-il. On veut s’assurer que toutes les analyses soient faites, mais on ne veut pas que ça traîne en longueur non plus. On comprend très bien que les gens ont hâte de savoir.

Une incertitude qui dérange

La présidente de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup, Marie-Hélène Collin, fait partie de ceux qui ont hâte d’obtenir des réponses dans ce dossier. Je pense que plus la STQ va être transparente, mieux elle va nous informer, mieux on va pouvoir informer les gens et le climat d’incertitude qui règne présentement va s’atténuer, affirme-t-elle.

En effet, la possibilité d’un transfert de la traverse vers Cacouna inquiète de nombreux acteurs politiques et socio-économiques de la région.

Mardi, en fin de journée, les membres du conseil de la MRC de Rivière-du-Loup ont discuté du dossier dans le cadre d’une rencontre de travail.

Selon le préfet de la MRC, Michel Lagacé, la grande majorité des maires du territoire se sont dit en faveur du maintien du service à Rivière-du-Loup. Il précise toutefois que la mairesse de Cacouna, Ghislaine Daris, a préféré ne pas participer aux discussions.

Michel Lagacé rappelle que le traversier accoste au port de Rivière-du-Loup depuis plus d’une centaine d’années et que la MRC s’est développée en tenant compte de cette réalité.

Toute analyse de la STQ ne devrait pas se contenter d’être une analyse maritime, soutient le préfet. Ça devrait aussi être une analyse qui va tenir compte des réalités économique, touristique et environnementale. Si c’est le cas, je pense bien que la situation de la traverse ne changera pas.

Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup

Si c’est uniquement une analyse parcellaire, ce ne sera pas acceptable pour le conseil de la MRC, ajoute-t-il.

Conséquences pour les entreprises et les passagers

De son côté, la mairesse de Cacouna préfère attendre la décision finale de la STQ, sans se prononcer en faveur d’une option ou d’une autre. Ce projet-là, je n’ai pas à le défendre, dit Ghislaine Daris. On verra à la suite de l’étude. Cacouna est à quelques kilomètres de Rivière-du-Loup, donc les retombées économiques, je pense qu’elles vont être les mêmes.

Le port de Gros-Cacouna est situé à une douzaine de kilomètres à l’est de celui de Rivière-du-Loup, mais contrairement à la mairesse Daris, certains craignent que le fait de déménager la traverse ait d’importantes conséquences.

Port de Gros-Cacouna.

L'utilisation du port de Gros-Cacouna fait partie des options étudiées par la STQ (archives).

Photo : Radio-Canada

Lundi, la Chambre de commerce de la MRC et Tourisme Rivière-du-Loup ont tour à tour interpellé la STQ pour demander le maintien de la traverse à Rivière-du-Loup.

Selon vous, si les gens débarquent à Cacouna et s’en vont vers la Gaspésie, pensez-vous qu’ils vont vraiment rebrousser chemin pour venir à Rivière-du-Loup? demande la présidente Tourisme Rivière-du-Loup, Joanna Lortie.

Selon elle, les conséquences seraient majeures pour les restaurants, les stations-service et les services d’hébergement de la ville.

La présidente de la Chambre de commerce de la MRC ajoute qu’il pourrait également y avoir un impact pour les passagers de la traverse.

La majorité des entreprises de la MRC se situent à Rivière-du-Loup, souligne Marie-Hélène Collin. Pour le service aux usagers, que ce soit des touristes, des gens qui voyagent par affaires ou des étudiants qui vont d’une rive à l’autre, on pense que c’est important de maintenir une certaine proximité.

La STQ assure que même si les analyses portent avant tout sur les contraintes techniques de navigation, les impacts socio-économiques de la décision seront également considérés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !