•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Colombie-Britannique à nouveau prête à accueillir des réfugiés

Quatre enfants se tiennent dans l'embrasure d'un bâtiment sans porte.

La pandémie a restreint les déplacements pour les réfugiés, notamment au Moyen-Orient.

Photo : Reuters / UMIT BEKTAS

Radio-Canada

Après une suspension de trois mois du programme d'aide à la réinstallation du Canada, 16 familles de réfugiés sont attendues dans le Grand Vancouver, appuyées par le Service d’immigration de la Colombie-Britannique (ISS).

Seulement trois réfugiés sont arrivés dans la province entre les mois d’avril et de juin, alors qu’ils étaient 202 durant la même période l'an dernier, selon Statistique Canada.

L'ensemble du système a dû s'adapter, reconnaît le directeur de l’ISS, Chris Friesen.

L’Organisation internationale pour les migrations (IOM), qui fournit des papiers de voyage aux personnes réfugiées, a repris ses activités au mois d’août, ce qui permet aux organismes internationaux de reprendre également leurs activités, explique-t-il.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Nouveaux protocoles

De nouveaux protocoles nationaux ont été établis en raison de la pandémie. Les nouveaux arrivants doivent être testés pour la COVID-19, porter de l’équipement de protection individuelle pendant les voyages et se placer en quarantaine obligatoire pendant 14 jours à leur arrivée au Canada.

En Colombie-Britannique, ces deux semaines se déroulent au centre d'accueil de l’ISS.

Ils sont très reconnaissants et prêts à adhérer aux lignes directrices canadiennes en matière de quarantaine et de santé publique, soutient Chris Friesen.

Chaque famille reçoit un téléphone cellulaire, des masques réutilisables et des repas.

Une fois l’isolement terminé, le personnel aide les nouveaux arrivés à trouver un logement permanent.

Bien que le processus soit plus laborieux en temps de pandémie, la diminution du nombre de voyageurs dans la région métropolitaine de Vancouver a un aspect positif, dit M. Friesen : Nous sommes en mesure de trouver plus de logements accessibles qu'il y a un an.

Objectif difficile à atteindre

Les trois personnes qui se sont réfugiées en Colombie-Britannique pendant l'été venaient d'Amérique latine et ont transité par le Mexique.

Les restrictions des gouvernements étrangers rendent encore pratiquement impossible le déplacement de personnes venant d'Afrique de l'Est, d'Inde et de certaines parties du Moyen-Orient.

En 2017, le gouvernement fédéral s'est fixé comme objectif d'admettre près de 1 million d'immigrants au cours des trois  prochaines années, dont 340 000 en 2020.

Chris Friesen est convaincu que cet objectif ne sera pas atteint.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !