•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Zone orange : des commerçants de la Mauricie et du Centre-du-Québec inquiets

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Les commerçants de Drummondville s'inquiètent du passage de la région en zone orange.

Radio-Canada

Le passage de la Mauricie et du Centre-du-Québec en zone orange le 1er octobre ravive de mauvais souvenirs dans la communauté d'affaires.

La mesure annoncée lundi par le gouvernement de François Legault implique une série de contraintes dont l'interdiction de servir de l'alcool après 23 heures et la fermeture des bars à minuit. C'est sans compter l'interdiction de grands rassemblements.

Selon le propriétaire du bistro-bar Ô St-Fred de Drummondville, Sylvain Janelle, ce genre de décision pourrait avoir un effet pervers contraire à ce que souhaite le gouvernement.

Il va se passer que les gens vont se réunir [à] la maison. S’ils ne peuvent pas vraiment et que les policiers se promènent, eh ben ils vont faire ça plus clandestinement, lance-t-il en entrevue avec Radio-Canada Estrie.

C’est sûr que les gens vont continuer à se voir. J’en suis convaincu.

Sylvain Janelle, propriétaire du bistro-bar Ô St-Fred de Drummondville

À un niveau du palier rouge et des fermetures que cela comporte, la Chambre de commerce et d'industrie de Drummond lance un appel au respect des consignes sanitaires à l'ensemble de la communauté.

Le message qu’on envoie aujourd’hui c’est de respecter les règles imposées par la santé publique, fait savoir Alexandra Houle, directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie de Drummond.

Si tout le monde met l’épaule à la roue, on va s’en sortir ensemble et ça va éviter bien des soucis à certains de nos commerçants qui ont déjà eu un passé très difficile, poursuit-elle.

Avec la moitié des nouveaux cas de COVID-19 répertoriés chez les moins de 30 ans dans la province, le premier ministre François Legault a lancé un message similaire aux jeunes, mardi. Selon lui, une partie de la solution à cette pandémie est entre leurs mains.

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !