•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prêts étudiants : les remboursements recommencent le 1er octobre

La ministre Danielle McCann

Après son passage à la Santé, Danielle McCann est devenue ministre de l'Enseignement supérieur le 22 juin 2020.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Québec refuse de prolonger le report du remboursement des prêts étudiants qui avaient été consentis en raison des contrecoups économiques de la pandémie. En mars, le gouvernement avait donné un répit de six mois à quelque 300 000 emprunteurs. Ils devront se préparer à reprendre les paiements jeudi.

Christine Labrie, porte-parole solidaire en matière d’Éducation, avait appelé la ministre de l’Enseignement supérieur à allonger la période de suspension généralisée et sans condition de remboursement de tous les prêts étudiants.

L’État québécois a jusqu'à présent financé les intérêts aux institutions financières, un coût de sept millions de dollars par mois pour un volume de prêts totalisant environ 2,5 milliards de dollars.

Dans une lettre à Mme Labrie, la ministre Danielle McCann explique, pour justifier son refus, que la situation économique s’est améliorée depuis le printemps dernier.

Également, elle rappelle que le Programme de remboursement différé existe à l’Aide financière aux études afin d’aider des personnes en situation précaire et incapables de rembourser leur dette d’études comme prévu.

Il permet à la personne, écrit-elle, de rembourser la dette en fonction de sa capacité financière, et ce, par période de six mois consécutifs. Pendant cette période, les intérêts sont à la charge du gouvernement, au même titre que lors de la suspension du remboursement.

Déception

La députée solidaire Christine Labrie a qualifié d’ironique la réponse de la ministre compte tenu du contexte incertain avec le retour des fermetures.

Christine Labrie.

La députée solidaire Christine Labrie.

Photo : Radio-Canada

Elle ajoute que des exclusions demeurent pour des gens qui ont, par exemple, déclaré faillite dans le passé. C’est une minorité des gens, dit-elle, mais ces gens existent.

J’aimerais à tout le moins qu’elle élargisse l’admissibilité [au Programme de remboursement différé].

Christine Labrie, porte-parole en matière d’éducation, Québec solidaire

C’est extrêmement décevant, renchérit la présidente de l’Union étudiante du Québec, Jade Marcil.

On demandait un report pour tout le monde sans discrimination, dit-elle. Le Programme de remboursement différé peut être utile, mais il n’est que sur une durée de six mois alors que la situation est tellement imprévisible.

Beaucoup d’étudiants ne connaîtraient pas ledit programme.

Le report de remboursement complet pour tout le monde permettait d’éviter que des gens tombent entre les mailles du filet.

Jade Marcil, présidente de l'Union étudiante du Québec

Il y a cependant un inconvénient à cette suspension des derniers mois : puisque la mesure s’appliquait automatiquement à toutes les personnes ayant une dette auprès de l’Aide financière aux études, un emprunteur devait entreprendre des démarches par lui-même auprès de son institution financière pour poursuivre le remboursement de sa dette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !