•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les bars de la région craignent eux aussi de devoir fermer

Le Bar la Bavaroise à Nicolet à l'automne. Des feuilles mortes tombent devant la porte. La photo est prise de la rue, on voit la façade.

Le Bar la Bavaroise à Nicolet

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Les tenanciers de bars de la région s’inquiètent de devoir à nouveau fermer leur porte, à l’instar de leurs confrères de la région de Montréal, de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches.

La transition subite du vert à l’orange en Mauricie et au Centre-du-Québec a d’ailleurs surpris plusieurs propriétaires.

Des nuages noirs planent au-dessus de leur tête, confie Mark Malone, propriétaire du bar l’Embuscade à Trois-Rivières. Il vient tout juste d'engager une nouvelle employée et il ignore jusqu’à quand son équipe aura du travail.

une devanture de bar

Le bar l'Embuscade à Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

En plus de la perte de revenus qu’occasionnerait une éventuelle fermeture, la gestion de l’inventaire périssable inquiète M. Malone, car la bière en fût se détériore en moins de 14 jours.

Au mois de juillet, ils nous ont dit qu'on pouvait ouvrir dès maintenant. Je n'avais pas d'inventaire, c'est le casse-tête que ça peut donner. C'est pour ça que j'essaie de voir si on ferme pour ne pas faire dormir trop d'inventaires. Mais en même temps, si on ferme vraiment pour 28 jours, il faut être prêts pour la réouverture.

On a un gros nuage noir au-dessus de la tête et je ne sais pas quand ça va tomber.

Mark Malone, propriétaire du bar l’Embuscade

Une situation financière fragile

De son côté, France Cinq-Mars, la propriétaire du bar La Bavaroise, à Nicolet, se demande comment elle remboursera le prêt de 40 000 $ accordé aux tenanciers de bars si elle est privée de revenus dans les prochaines semaines.

Le prêt a permis de passer à travers la première vague en mettant un gros plaster sur le bobo parce ce qu'on ne se cachera pas que si c'est un prêt, il faut le rembourser. Si tu n'as pas de revenus, tu ne peux pas rembourser ton prêt.

C'est un cercle vicieux dans lequel on se trouve.

France Cinq-Mars, propriétaire du bar La Bavaroise

Certains préfèrent plutôt vendre leur établissement. Les bars La Petite Grenouille et L’Infidèle à Trois-Rivières, étaient déjà en vente avant la pandémie, mais selon le copropriétaire, Alexandre Brouillette, les acheteurs potentiels se sont depuis désistés.

D’après un reportage de Jacob Côté

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !