•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sentier récréatif de Prescott et Russell : vive déception dans l'industrie récréotouristique

Un panneau de métal sur lequel on peut lire « No Trespassing » à l'entrée d'un sentier boisé.

L'avenir est incertain pour la saison de motoneige puisque l'entente avec VIA Rail ne sera pas prolongée.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Le refus récent des maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) de prolonger l’entente avec VIA Rail, permettant le maintien d’un sentier récréatif qui traverse le territoire d'est en ouest, est accueilli avec déception dans l'industrie récréotouristique régionale.

J’ai été réellement déçu. Au point même où j’ai eu de la difficulté à dormir, raconte le secrétaire de la Corporation du Sentier récréatif de Prescott et Russell, Serge Joly.

Les CUPR et VIA Rail, qui est propriétaire du couloir long de 72 kilomètres, avaient initialement conclu une entente de principe d’une durée de deux ans en vertu de laquelle le transporteur ferroviaire aurait versé 40 000 $ au gouvernement régional sur une base annuelle.

Mais à la lumière d’un rapport préparé par le département des travaux publics des CUPR, faisant notamment état de travaux pouvant totaliser plus de 6 M $ sur une période de dix ans pour assurer l’entretien du Sentier, les maires ont finalement voté contre la prolongation du bail.

Ça peut arriver à un moment donné qu’il ait des réparations à faire, mais c’est difficile à croire qu’il y ait autant d’argent à mettre pour réparer toutes ces infrastructures-là, ajoute Serge Joly à propos des chiffres avancés dans le rapport.

Les motoneigistes pourront-ils utiliser le Sentier?

En rejetant l’entente, les CUPR devaient donner un préavis de résiliation par écrit de 90 jours à VIA Rail. Donc, pour l’heure, le Sentier récréatif demeure accessible aux utilisateurs.

Une fois le délai expiré, soit le 31 décembre prochain, quel sera le sort réservé aux motoneigistes qui ont l’habitude d’emprunter la piste aménagée sur le Sentier récréatif durant la saison hivernale?

Le responsable des relations corporatives du Club de motoneiges de l’est de l’Ontario (CMEO), Pascal Roy, avoue être tombé des nues en apprenant la nouvelle.

C’est un choc.[…]C’est même dévastateur [...]Si ce tronçon-là est enlevé,[…] la connexion interprovinciale [entre le Québec et l’Ontario], va être éliminée. C’est très significatif comme impact, indique celui-ci.

Selon Pascal Roy, des démarches devront être entamées plus tôt que tard pour éviter que les amateurs de motoneige vivent dans l’incertitude comme l’an dernier, alors que leur saison avait été mise en péril en raison d’une histoire de couverture d’assurance.

On ne peut pas attendre au mois de janvier, au mois de décembre. Il faut absolument arriver à une solution au plus tard à la fin octobre, début novembre, croit le responsable des relations corporatives du CMEO.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !