•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des enseignants ontariens inquiets de devoir diffuser leurs cours pour les élèves isolés

Des élèves sont assis en classe. Une enseignante est devant la classe.

Des enseignants refusent de transmettre leurs cours par vidéoconférence pour les élèves isolés à la maison.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Radio-Canada

Une directive du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) demandant aux enseignants d'allumer leur caméra en classe soulève des inquiétudes au sein du personnel enseignant.

Le CECCE a envoyé une lettre lundi à son personnel enseignant qui contient certaines consignes dans des cas où des élèves devraient temporairement s’isoler à la maison, par exemple s'ils sont en attente d'un résultat de dépistage, pour leur permettre de suivre l'enseignement à distance.

Des enseignants ont confié à Radio-Canada être farouchement opposés à de telles mesures, mais ont préféré garder l’anonymat, par crainte de représailles.

C’est inacceptable et déraisonnable d’exiger ce genre de choses là de la part du personnel. On ne peut pas être à deux endroits en même temps. Si on veut une qualité d'enseignement, une approche personnalisée, c’est impossible à faire, soutient Anne Vinet-Roy, présidente de l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO).

Anne Vinet-Roy en entrevue.

La présidente de l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), Anne Vinet-Roy, soutient qu'il est déraisonnable de demander aux enseignants d'ouvrir leur caméra pour transmettre leur cours aux élèves à la maison.

Photo : Radio-Canada

Une approche différente

Des experts en enseignement craignent pour la qualité de l'apprentissage, soulevant les approches différentes entre l’enseignement en classe et l'enseignement virtuel.

C’est le cas de Pierre Poulin, un enseignant au primaire dans la région de Montréal. Ce dernier donne également dans plusieurs facultés d'éducation, dont celle de l’Université d’Ottawa, un cours en introduction des technologies en classe.

C’est que ça va être ennuyant. Les profs qui pensent que l’enseignement traditionnel peut être porté dans un écran… ça ne va pas nécessairement fonctionner. Un enseignement en ligne devant une vingtaine d’élèves, c’est hyper dépersonnalisé, dit-il.

Selon l’AEFO, un service particulier doit être offert à ces élèves isolés à la maison.

S’il y a des ressources qui manquent, c’est aux conseils scolaires de faire les revendications nécessaires auprès du gouvernement, estime Mme Vinet-Roy. Au moment d’écrire ces lignes, le CECCE n'a pas donné suite à la demande d'entrevue de Radio-Canada.

Avec les informations de Nafi Alibert et de Josée Guérin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !