•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : trois fois plus d’écoles touchées au Québec qu’en Ontario

Des élèves portent le masque dans une classe d'école ontarienne.

En Ontario, les élèves de la 4e à la 12e année sont tenus de porter un masque à l'intérieur de l'école.

Photo : Radio-Canada

Le nombre d’écoles touchées par la COVID-19 augmente tant au Québec qu’en Ontario, mais cette province compte proportionnellement moins d’établissements affectés, notamment en raison du port du masque en classe et de l’enseignement à distance.

Depuis 10 jours, les statistiques sont en nette hausse dans les deux provinces. Selon les dernières données disponibles, environ 17 % des écoles du Québec affichaient au moins un cas de COVID-19 actif. En Ontario, un peu plus de 5 % des établissements sont actuellement dans le même cas.

Comme le rappelle Cécile Tremblay, microbiologiste-infectiologue au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), on sait que le masque est efficace pour empêcher la propagation des gouttelettes respiratoires infectées.

On sait que dans les classes, les élèves ne sont pas nécessairement à deux mètres de distance, souligne-t-elle. Or, ça serait une mesure supplémentaire [le port du masque] pour diminuer les chances de transmission.

Cécile Tremblay, microbiologiste-infectiologue au CHUM

Cécile Tremblay, microbiologiste-infectiologue au CHUM

Photo : Radio-Canada

Au Québec, le port du masque n’est obligatoire qu’au troisième cycle du primaire ainsi qu’au secondaire hors des salles de classe et dans les aires communes de l’école en présence d’autres groupes-classes ainsi que dans le transport scolaire. Autrement, il est suggéré.

En Ontario, les élèves de la 4e à la 12e année sont tenus de porter un masque à l'intérieur de l'école, y compris dans les couloirs, dans leur classe et dans l'autobus scolaire.

Pour le clinicien-chercheur, médecin de famille et virologue Hugues Loemba, de l’Hôpital Montfort en Ontario, s’il y a plus de cas dans les écoles au Québec qu’en Ontario, c’est que la politique du port de masque n’est pas pareille […] et ça peut expliquer pourquoi il y a plus de cas parmi les élèves du côté du Québec.

Hugues Loemba, virologue et chercheur à l'Hôpital Montfort d'Ottawa

Hugues Loemba, virologue et chercheur à l'Hôpital Montfort d'Ottawa

Photo : Radio-Canada

Pas toujours facile

Pour Stéphane Denis, qui enseigne en 9e année à l’école Mer Bleue dans la région d’Ottawa, tous doivent s’adapter. Il faut projeter sa voix, parce qu’on porte un masque. Il faut aussi entendre les réponses de nos élèves, car il y en a qui ne parlent pas fort, qui sont plus gênés.

Jean-Philippe Bison, étudiant en 10e année, admet que c’est un peu encombrant [le masque] et parfois, ça tombe et il faut toujours le replacer.

En même temps, ça nous permet de pouvoir quand même récupérer un peu la vie normale au lieu d’être confiné chez nous, nuance-t-il.

Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

Photo : Radio-Canada

La présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, Johanne Lacombe, demeure convaincue de la pertinence du port du masque obligatoire.

C’est une bonne décision pour pouvoir protéger nos élèves, pour pouvoir protéger également nos employés et, au bout de la ligne, de pouvoir protéger le restant de la communauté, affirme-t-elle.

Une autre mesure de distanciation distingue le réseau scolaire ontarien. En Ontario, près de 25 % des parents ont choisi l’enseignement à distance pour leurs enfants, compte tenu de la COVID-19. Au Québec, la présence en classe demeure obligatoire, sauf exception.

Questionné mardi sur la possibilité d’imposer des restrictions additionnelles en milieu scolaire, comme le port du masque, le premier ministre Legault a dit ne pas avoir reçu de recommandation en ce sens de la santé publique et que les jeunes doivent apprendre, les jeunes doivent socialiser […] et doivent être à l'école.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !