•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La flotte des pêcheurs autochtones s'agrandit dans la baie Sainte-Marie

Mike Sack sur le quai, dos à une flotte de bateaux, devant plusieurs micros de différents médias.

Mike Sack, chef de la Première Nation de Sipekne'katik (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En Nouvelle-Écosse, la Première Nation micmaque de Sipekne'katik agrandit sa flotte de trois bateaux supplémentaires, portant à dix le nombre de navires utilisés pour leur pêche au homard de subsistance dans la baie Sainte-Marie.

En trame de fond, il s’agit de la troisième semaine de protestations pour les pêcheurs non autochtones dans le sud-ouest de la province.

Des pêcheurs autochtones sont sortis pêcher en avant-midi mardi. Ils y sont allés à plusieurs reprises dans les dernières semaines, lorsque la température était clémente.

Les tensions entre les deux clans se sont estompées depuis le début du conflit. Malgré tout, des pêcheurs non autochtones manifestent encore sur le quai à Meteghan contre la pêche de subsistance faite en dehors de la saison réglementée par le gouvernement fédéral, puisqu'ils craignent pour la pérennité des stocks de homards.

Mike Sack, le chef de la Première Nation de Sipekne'katik, affirme de son côté que seulement quelques bateaux, au plus, pourraient encore s’ajouter à sa flotte.

Nos effectifs sont très limités, nous n'avons pas beaucoup de gens qui veulent pêcher. Nous avons 15 bateaux au quai. Nous avons encore quelques bateaux qui pêchent à des fins alimentaires, sociales ou rituelles. S'ils sont prêts à passer à notre plan de subsistance modérée, nous espérons qu'ils le feront, déclare-t-il.

Le chef s’est entretenu mardi avec des représentants de Pêches et Océans Canada (MPO) pour discuter du plan de gestion des pêches de sa communauté. Il a aussi partagé ce plan avec d'autres Premières Nations en Atlantique.

Il qualifie de positives les discussions qu’il a eues avec le MPO, sans toutefois donner davantage de détails. Une prochaine rencontre serait prévue dans une semaine.

Par ailleurs, Mike Sack a lancé un appel aux membres de sa communauté, puisque certaines personnes auraient commencé à vendre du homard pêché par les autochtones. Or, cela n’est pas permis par le concept de pêche de subsistance.

Il craint que cela nuise aux progrès réalisés et demande à sa communauté de continuer à faire preuve de patience, le temps que des règlements pour l’achat et la vente du homard soient instaurés.

Avec les informations d’Olivier Lefebvre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !