•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apple contre Fortnite : un jury pour trancher?

L'application Fortnite sur l'écran d'un iPhone.

Pour l'instant, la juge Yvonne Gonzalez Rogers maintient le bannissement de « Fortnite » de l'App Store.

Photo : afp via getty images / LIONEL BONAVENTURE

Radio-Canada

La bataille entre Epic Games et Apple autour du jeu Fortnite ne semble pas près d’une conclusion. La juge qui examine le dossier a recommandé qu’un jury soit formé d’ici juillet 2021 pour décider si les allégations d’Epic selon lesquelles Apple agit de manière anticoncurrentielle sont fondées.

Lundi avait lieu, de façon virtuelle, la première audience dans le dossier opposant la marque à la pomme à l’éditeur de jeux vidéo Epic Games.

Rappelons rapidement les faits de cette saga : Epic Games a interpellé les tribunaux en août dernier pour forcer Apple à réintégrer le jeu Fornite dans son magasin d’applications, l'App Store.

Le géant californien avait retiré le jeu après qu’Epic eut tenté de contourner la commission demandée de 30 % par Apple pour l’hébergement d’applications sur sa plateforme, jugeant qu’elle était exagérée et anticoncurrentielle.

Le 24 août, la juge de Californie Yvonne Gonzalez Rogers avait refusé la demande d’injonction provisoire d’Epic visant à forcer Apple à réintégrer Fortnite. Le géant californien avait d’ailleurs fermé le compte de l’éditeur quelques jours plus tard.

Fortnite toujours banni de l’App Store

Hier, la juge a maintenu cette décision, ajoutant qu’elle n’était pas prête à se prononcer sur la cause sous-jacente à cette demande d’injonction, soit le recours contre Apple pour pratiques anticoncurrentielles.

Affirmant que le procès n'aurait probablement pas lieu avant juillet 2021, elle a recommandé qu’il se déroule devant jury.

Peu importe qui perd, ils essaieront de dire que tout ce que j’ai fait est erroné; c’est ce que font les avocats et avocates. Sans rancune; c’est leur travail. Mais je crois qu’il est important de comprendre ce que les vraies personnes en pensent. Est-ce que les gens sont concernés par ces problèmes ou non?

La juge Yvonne Gonzalez Rogers

La juge a toutefois rappelé que c’était à Apple ou à Epic de faire la demande d’un procès devant jury.

Peu impressionnée par les arguments d’Epic

Lors de l’audience, la juge s’est par ailleurs montrée sceptique devant les arguments présentés par Epic Games. Elle a rappelé qu’il était pratique courante, pour les plateformes, de demander une commission de 30 % dans l’industrie des jeux vidéo.

Elle a d’ailleurs souligné la différence de traitement réservée par Epic à Apple, alors que l’éditeur ne rechigne pas devant les commissions du même genre imposées par Microsoft, Sony ou Nintendo.

Yvonne Gonzalez Rogers a aussi critiqué la décision d’Epic de contourner les règles d’Apple malgré ses relations contractuelles explicites avec l’entreprise, affirmant que l’éditeur avait menti à ce sujet par omission.

Vous n’avez pas été francs , a-t-elle affirmé. On vous a dit de ne pas le faire et vous l’avez fait quand même. [...] Il y a sûrement plusieurs personnes du public qui peuvent vous considérer comme des héros pour ce que vous avez fait, mais ce n’est quand même pas honnête.

Avec les informations de CNet, et The Next Web

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !