•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les producteurs de lait exigent les versements des compensations promises

Les deux hommes sont assis à une table de conférence. Ils ont tous les deux un micro devant eux et regardent le public.

Le député Maxime Blanchette-Joncas, accompagné de Gabriel Belzile, le président des producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Jennifer Boudreau

Radio-Canada

Les producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent reviennent à la charge et demandent au gouvernement fédéral une compensation financière pour les pertes de marchés et de revenus causés par trois accords commerciaux.

Le président des Producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent, Maxime Belzile rappelle à quel point les sécheresses des quatre dernières années, ainsi que la pandémie, aggravent les pertes monétaires déjà importantes.

On veut être capable de nourrir nos bêtes cet hiver.

Gabriel Belzile, président des producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent

Les accords auxquels les producteurs font référence sont l'Accord économique global commercial avec l'Union européenne (AECG), du Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP) ainsi que de l'Accord Canada–Etats-Unis–Mexique (ACEUM).

Gabriel Belzile fait face à la caméra.

Gabriel Belzile est le président des producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Jennifer Boudreau

Selon les producteurs laitiers, ces accords commerciaux ont des répercussions majeures sur leur économie, comme des brèches dans la gestion de l'offre.

En 2019, les producteurs laitiers ont reçu un premier versement pour compenser deux accords commerciaux, soit l'AECG et le PTPGP, précise Maxime Blanchette-Joncas. Les producteurs laitiers disent ne pas savoir quand ils auront ces sept autres versements.

On sait qu'il a eu un premier versement l'automne dernier, mais les sept autres versements, qui sont censés de se dérouler sur 7 ans, on n'a aucune nouvelle de savoir comment ça va se passer, quand est-ce qu'on va avoir notre argent dans nos fermes.

Gabriel Belzile, président des producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent

Aucune compensation financière n'a été versée ni planifiée à ce jour en lien avec l'ACEUM , qui est entrée en vigueur le 1er juillet dernier.

Gabriel Belzile souhaite que le gouvernement fédéral prenne position sur le montant qui sera alloué aux producteurs laitiers pour la compensation en lien avec ce troisième accord.

Le député fédéral de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, renchérit que sont près de 18 % des produits laitiers qui proviennent de marchés étrangers, ce qui crée une énorme pression sur les producteurs laitiers canadiens, sans compter les pertes financières qui sont engendrées.

À l'échelle canadienne, les producteurs laitiers estiment qu'ils perdront environ 450 millions de dollars de revenus annuels de vente de lait et au Québec, 21 millions de dollars en raison de ces accords.

Flou entourant les versements gouvernementaux

Maxime Blanchette Joncas appuie cette demande de la part des producteurs laitiers. On souhaite au Bloc Québécois, le versement immédiat et sans condition des compensations financières pour les producteurs laitiers et on souhaite également une planification pour les sept prochaines années à venir, soutient le député fédéral.

Maxime Blanchette-Joncas regarde la caméra en souriant.

Le député fédéral de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les-Basques, Maxime Blanchette Joncas.

Photo : Radio-Canada / Jennifer Boudreau

On le sait, c'est déjà difficile avec plusieurs facteurs qui sont hors de leur contrôle, les conditions météorologiques, les longues heures de travail, la détresse psychologique. C'est inacceptable! On doit passer de la parole aux actes, verser les compensations par le gouvernement.

Maxime Blanchette-Joncas, député fédéral Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les-Basques

Promesses électorales

Maxime Blanchette-Joncas indique que ces compensations financières ont été promises par le gouvernement Trudeau lors de la dernière campagne électorale fédérale à l'automne 2019. Il explique qu'en décembre 2019, la demande de ces compensations financières avait été retenue lors du début de la session parlementaire.

On ne comprend pas aujourd'hui comment les producteurs laitiers doivent quémander pour des promesses qui étaient déjà sur la table.

Maxime Blanchette-Joncas, député fédéral Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les-Basques

Le Bloc Québécois a déposé en hiver dernier un projet de loi qui aurait pour but de protéger les producteurs laitiers de futures brèches de gestion de l'offre. Maxime Blanchette-Joncas espère que ce projet de loi soit bientôt débattu en session parlementaire.

Au Bas-Saint-Laurent, on compte près de 1250 producteurs laitiers, dans près de 600 fermes laitières.

Avec les informations de Jennifer Boudreau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !