•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : La Tuque n’a pas l’intention d’installer d’autres barrages routiers

Il est impossible de contrôler un grand territoire comme La Tuque, selon la Municipalité.

Un pompier avec un dossard discute avec un automobiliste dans une camionnette.

En mai dernier, la Ville de La Tuque avait installé aux entrées de la municipalité des barrages routiers tenus par des pompiers, après que la barrages policiers organisés par Québec aient été enlevés.

Photo : Radio-Canada

La Ville de La Tuque n’a pas l’intention de demander au gouvernement du Québec d’installer des barrages routiers à l’entrée de son territoire. Contrairement à ce qu’elle a fait lors de la première vague, elle n’a pas l’intention non plus de mandater ses employés municipaux pour le faire.

En pleine période de chasse à l’orignal, la petite municipalité accueille pourtant des centaines de chasseurs de l’extérieur de la région.

La situation est différente du printemps, explique le directeur général de la ville, Marco Lethiecq. À ce moment-là, il n’y avait absolument aucun cas sur notre territoire et seulement trois routes permettaient d’entrer à La Tuque.

Notre territoire touche à neuf régions, poursuit le directeur général de la municipalité. Il y aurait 30 000 kilomètres de chemins forestiers à surveiller. C’est sans compter que les gens peuvent arriver en hélicoptère et en hydravion.

C’est carrément impossible de contrôler l’ensemble des accès.

Marco Lethiecq, directeur général de la Ville de La Tuque
Un orignal dans la forêt.

La chasse sportive à l'orignal est permise jusqu'au 4 octobre 2020 dans le secteur de La Tuque.

Photo : Radio-Canada

Ces chasseurs peuvent provenir de régions classées orange ou rouge par le gouvernement.

Les déplacements entre régions sont actuellement non recommandés, mais ne sont pas interdits, rappelle Marco Lethiecq. On demande aux gens de préférablement reporter leur voyage à l’année prochaine.

Par contre, s’ils tiennent absolument à venir à leur chalet ou sur le territoire de la Ville de La Tuque, on va simplement leur demander d’être extrêmement respectueux des directives de la santé publique, indique-t-il. Idéalement, faites vos provisions avant de partir de la maison et rendez-vous directement à votre chalet.

Les propriétaires de boutique heureux

Le directeur général de la Ville de La Tuque ajoute que les gens ont été très respectueux à l’ouverture de la saison de pêche, au moment où des barrages de sensibilisation ont été érigés par les pompiers.

Au sujet de la décision de la Ville de ne pas faire de barrage ni de demander formellement aux gens de ne pas venir à La Tuque, les commerçants semblent heureux.

Au printemps, on a perdu tous nos revenus du week-end d’ouverture de la pêche. La chasse est une période encore plus importante pour nous, parce que les montants dépensés sont plus importants. Les gens achètent des carabines, des munitions et des habits de camouflage, soutient Jean-Guy Gauvin, le propriétaire de la boutique Pronature.

Non seulement nous sommes satisfaits de la position de la Ville de La Tuque, mais je les remercie.

Jean-Guy Gauvin, propriétaire de la boutique Pronature.

Selon les plus récentes données du CIUSSS MCQ, 12 personnes sont porteuses de la COVID-19 dans l’agglomération La Tuque, dont neuf à la résidence des Bâtisseurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !