•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l'Île-du-Prince-Édouard adopte un code de couleurs

La Dre Heather Morrison, la médecin hygiéniste en chef de l'Île-du-Prince-Édouard le 15 septembre 2020.

La Dre Heather Morrison, la médecin hygiéniste en chef de l'Île-du-Prince-Édouard (archives).

Photo : Radio-Canada

François Pierre Dufault

L'Île-du-Prince-Édouard emboîte le pas à d'autres provinces canadiennes et met en place un système d'alertes à trois paliers (en anglais) (Nouvelle fenêtre) en vue d'une seconde vague de COVID-19.

À compter du 1er octobre, la province va entrer dans la phase verte, c'est-à-dire la phase de la nouvelle normalité, et donc celle dans laquelle les autorités de la santé imposent le moins de restrictions.

En cas d'une nouvelle éclosion ou d'une transmission communautaire du virus, l'île dans son ensemble pourrait passer à la phase jaune ou rouge, tout dépendant de la gravité de la situation.

L'Île-du-Prince-Édouard compte deux cas actifs de la COVID-19, dont un nouveau cas confirmé mardi par les autorités. Il s'agit d'un travailleur essentiel d'une vingtaine d'années qui s'est isolé dès son retour d'un déplacement par la route à l'extérieur de la bulle atlantique.

Depuis le début de la pandémie, la province insulaire dénombre 59 cas bénins de la maladie respiratoire, tous liés à des déplacements à l'extérieur de ses frontières.

D'autres provinces, comme le Nouveau-Brunswick et le Québec, ont déjà adopté un système de couleurs pour déterminer la gravité de la situation sur leur territoire.

Nous pouvons pratiquer des sports, manger au restaurant, aller à l'église et faire des visites, rappelle la médecin hygiéniste en chef de l'Île-du-Prince-Édouard, la Dre Heather Morrison. Mais s'il le faut, nous allons imposer davantage de restrictions. Ça va dépendre du nombre de cas, du nombre d'admissions à l'hôpital et s'il y a des morts, [et] de notre capacité à faire des tests de dépistage et la recherche des contacts.

Un passage à la phase jaune pourrait entraîner de nouvelles restrictions sur les visites dans les foyers de soins et dans les hôpitaux, notamment.

Par ailleurs, la Dre Heather Morrison reconnaît avoir été la cible de menaces de la part de certains Insulaires qui, selon elle, ont mal réagi aux directives de santé publique depuis le début de la pandémie. Nous avons eu à prendre des décisions difficiles [...] qui n'ont pas toujours été populaires, concède-t-elle.

La médecin hygiéniste en chef de l'Île-du-Prince-Édouard affirme que la très grande majorité de ses concitoyens réagissent bien aux mesures de santé publique. Elle ne souhaite pas que ces menaces deviennent le centre d'attention mais admet qu'elles peuvent être bouleversantes pour ses collègues, sa famille et elle-même.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !