•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La santé publique fait le point sur le passage du Bas-Saint-Laurent en alerte modérée

Le docteur Sylvain Leduc.

Le docteur Sylvain Leduc a offert une conférence de presse mardi après-midi sur le passage du Bas-Saint-Laurent au niveau d'alerte orange jeudi.

Photo : Radio-Canada

Le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, Sylvain Leduc, a tenu un point de presse mardi après-midi au sujet du passage de la région au palier d'alerte orange. Il a rappelé les restrictions supplémentaires qui sont associées à ce rehaussement du niveau d’alerte prévue pour jeudi dans la région.

Le docteur Leduc a notamment indiqué que, dans une région orange, les rassemblements privés, qu’ils se déroulent à l’intérieur ou à l’extérieur, doivent se limiter à six personnes ou à deux familles. Les membres d’une famille doivent résider à la même adresse. 

Le principe, c’est qu’on diminue les rassemblements. En fait, c’est ça, le palier orange. [...] C’est de diminuer toutes les sortes de rassemblements.

Sylvain Leduc, directeur de santé publique pour le Bas-Saint-Laurent

Un maximum de 25 personnes pourra prendre part à des rassemblements publics.

Sylvain Leduc a souligné que les restaurants et leurs salles à manger resteront ouverts. Le nombre de convives par table sera toutefois limité à six.

Les bars resteront eux aussi ouverts, mais on cessera d'y servir de l’alcool à 23 h.

Aucune modification dans les règles sanitaires imposées dans les écoles ne sont prévues pour le moment.

L’objectif [du passage au palier orange], c’est de diminuer la transmission communautaire pour éviter d’avoir à fermer les commerces et pour que les enfants puissent continuer d’aller à l’école.

Sylvain Leduc, directeur de santé publique pour le Bas-Saint-Laurent

Les mesures d’accès aux visiteurs dans les résidences pour aînées et les CHSLD seront aussi resserrées.

Inquiétudes entourant la manifestation prévue samedi

La santé publique régionale a dit être en intenses discussions avec la Sûreté du Québec (SQ) en prévision de la manifestation nationale contre le port du masque qui doit se tenir samedi à Rimouski.

Des manifestants de partout au Québec, y compris des zones rouges, y sont attendus.

Le docteur Leduc a affirmer qu'il était moins de la manifestation elle-même que de ce qui va se passer après, c'est-à-dire lorsque ces militants, dont plusieurs ne portent pas le masque, visiteront les commerces de la ville.

Quelques dizaines de manifestants debout dans un parc.

D'autres manifestations sur la question du port du masque se sont tenues à Rimouski dans les dernières semaines. (archives)

Photo : Radio-Canada / Alain Fournier

Le docteur Leduc a refusé de révéler ce qu'il a demandé précisément à la police, mais il a tout de même mentionné qu'il prenait la situation très au sérieux.

Il y a des règles qui sont prévues. Il y a des nombres qui sont prévus. Puis, on souhaite voir avec la Sûreté du Québec comment ils vont pouvoir l'appliquer pour la manifestation et pour ce qui va suivre la manifestation, affirme-t-il.

À savoir si les agents de la SQ remettront des contraventions aux manifestants samedi, Sylvain Leduc a répondu qu'il revient au ministère de la Sécurité publique de choisir les moyens à prendre pour s'assurer du respect des règles sanitaires. Je leur laisse le soin de choisir le meilleur dosage, a-t-il précisé.

Le premier ministre doit faire le point mercredi sur les interventions que pourront faire les policiers, y compris lors des manifestations.

Avec des informations de Michel-Félix Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !