•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouveaux lacs souterrains découverts sur Mars

Le pôle Sud de Mars.

L'eau liquide se trouve sous la glace (en blanc) au pôle Sud de Mars

Photo :  ESA/DLR/FU BERLIN/CC BY-SA

Radio-Canada

Trois nouvelles étendues d’eau liquide ont été détectées sous la glace du pôle Sud de Mars à l’aide de l’instrument radar Marsis embarqué à bord de l’orbiteur européen Mars Express (ESA).

Ces trois lacs découverts par une équipe italienne d’astronomes s’ajoutent à celui trouvé en 2018 sous la même calotte glaciaire.

Le lac principal (au centre) est entouré d'au moins trois petits plans d'eau.

Le lac principal (au centre) est entouré d'au moins trois petits plans d'eau.

Photo : ESA

Le plus grand lac souterrain récemment mis au jour mesure environ 20 x 30 km. Il est entouré d’étendues plus petites. Leur température est probablement en dessous du point de congélation de l'eau pure, mais ces lacs restent à l'état liquide en raison de la présence de magnésium, de calcium et de sodium.

Mars est désormais froide, désertique et aride, mais les scientifiques estiment qu’elle était autrefois plus chaude et plus humide. Elle abritait fort probablement, il y a au moins 3,6 milliards d'années, une grande quantité d'eau liquide et des lacs à sa surface.

Impression artistique de Mars avec un océan à sa surface.

Nos connaissances actuelles laissent à penser que Mars, il y a au moins 3,6 milliards d'années, était un monde d'eau comme la Terre, avec un vaste océan peu profond couvrant la moitié de la planète.

Photo : GSFC/NASA

De nos jours, de l’eau liquide ne peut se trouver à la surface de Mars en raison de l’érosion de son atmosphère au fil du temps. Mais les travaux d’Elena Pettinelli et de ses collègues de l’Université de Rome III confirment qu’un système d’anciens lacs existe sous sa surface, et qu'il pourrait dater de millions, voire de milliards d’années.

Ce seraient des endroits idéaux pour chercher des preuves de vie sur Mars, bien que très difficiles à atteindre, expliquent les chercheurs dans un communiqué publié par l’ESA.

De tels lacs existent aussi sur Terre. Le plus connu est certainement le lac Vostok, situé en Antarctique. Ces lacs subglaciaires peuvent abriter des écosystèmes uniques, fournissant des analogies utiles aux astrobiologistes qui étudient comment la vie peut survivre dans des environnements extrêmes sur d’autres planètes.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature Astronomy (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !