•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'effet à retardement des cas de COVID-19 sur les hôpitaux

Une femme noue une blouse médicale.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale répondait aux questionnements du fait que les hospitalisations n'augmentaient pas au même rythme que le nombre de cas

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Félix Morrissette-Beaulieu

La santé publique de la Capitale-Nationale met en garde la population sur l’augmentation des hospitalisations au cours des prochains jours, martelant que le nombre actuel de patients ne reflète en rien ce qui attend la région.

Ce qu’on voit présentement, lorsqu’on parle d’hospitalisations, c’est ce qui se passe et qui reflète davantage la contamination d’il y a 10 à 14 jours, prévient le Dr André Dontigny, directeur de santé publique au CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Au micro de l'émission Première heure à Québec, le médecin a expliqué pourquoi les hospitalisations n'augmentaient pas au même rythme que les nouveaux cas de COVID-19 recensés quotidiennement. Il rappelle qu'il faut plusieurs jours entre la période d'incubation du virus, les premières complications et le chemin vers les soins intensifs et que ce délai varie selon les personnes.

Selon le Dr Dontigny, les 55 personnes hospitalisées dans les hôpitaux de Québec désignés pour traiter les patients atteints de la COVID-19 ne représentent pas le portrait en fonction du nombre de cas aujourd'hui. Avec la flambée des nouveaux cas dans la région, il anticipe que beaucoup plus de gens auront besoin de soins hospitaliers dans les prochaines semaines.

Nouveau record

La Capitale-Nationale a d'ailleurs fracassé un nouveau record dans le bilan publié mardi avec 169 nouveaux cas recensés en 24 h.

Une semaine après son arrivée à titre de nouveau directeur de la santé publique pour la région de Québec, le médecin craint que la situation se détériore sérieusement dans les hôpitaux. Je souhaiterais absolument que ça puisse s’infléchir, que ce ne soit pas ça la suite, mais ce que l’on peut craindre, c’est que ce sera ça la suite.

Un panneau Urgence rouge devant la façade d'un hôpital

L'hôpital Laval, aujourd'hui appelé institut universitaire de cardiologique et de pneumologie de Québec, est aux prises avec une éclosion chez ses employés.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

André Dontigny prévient que plus il y aura de patients hospitalisés en raison de la COVID-19, plus il y aura d’activités de délestage dans les hôpitaux. Par le volume que ça va occuper, ça empêche d’autres types de services absolument majeurs qui ne peuvent être donnés. On est là-dedans actuellement, ajoute le médecin.

Le CHU de Québec, mandaté pour soigner des patients atteints de la COVID-19, a annoncé qu’elle ne diffusera plus le nombre de lits disponibles pour de nouveaux patients. L'établissement explique que ces données peuvent induire en erreur et faire craindre une pénurie de places alors que la capacité peut encore être augmentée avec le délestage.

Le Dr André Dontigny est le nouveau directeur de santé publique pour la Capitale-Nationale.

Le Dr André Dontigny est le nouveau directeur de santé publique pour la Capitale-Nationale.

Photo : Radio-Canada

Trop peu trop tard ?

Le Dr André Dontigny ne rejette pas la possibilité de resserrer encore davantage les mesures de confinement avant l’échéance de 28 jours.

Notre job, c’est de voir comment les choses vont évoluer. Les mesures qu’on a en place, on va avoir les effets dans deux trois, semaines. On ne les aura pas maintenant.

Dr André Dontigny, directeur de santé publique au CIUSSS de la Capitale-Nationale

Le médecin rappelle qu’il est possible d’infléchir la courbe de l’augmentation du nombre de cas à Québec. On y est arrivé au printemps, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !