•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fourgonnette sur mesure pour voyager durant la pandémie

Ryan Brideau est debout sur l'échelle arrière de sa fourgonnette.

Ryan Brideau, qui vient de voyager de l'Ontario au Nouveau-brunswick, passe 14 jours d'isolation dans sa fourgonnette à Miramichi avant de voir sa famille.

Photo : Gracieuseté/Ryan Brideau

Radio-Canada

Lorsque Ryan Brideau a décidé de voyager de l’Ontario au Nouveau-Brunswick pour visiter sa famille, il a trouvé un moyen de surmonter certains défis.

Il devait pouvoir voyager et continuer d’exercer son emploi durant les 14 jours d’isolement imposés au Nouveau-Brunswick. Sa solution : une fourgonnette usagée âgée de 34 ans.

M. Brideau a réussi à trouver une fourgonnette Westfalia de Volkswagen déjà modifiée qui répondait presque à tous ses besoins. Il a installé son bureau et son logement de quarantaine à bord de ce véhicule en y faisant quelques autres modifications.

Tant qu’il reste connecté à Internet, il peut continuer d’exercer son emploi à distance. Son employeur a permis au personnel, en mai, de travailler à distance de façon permanente.

Un ordinateur portable sur une tablette mobile fixée à une armoire.

Ryan Brideau a installé son bureau dans sa fourgonnette.

Photo : Gracieuseté/Ryan Brideau

La fourgonnette comprend une cuisinette, deux lits et un écran auquel il branche son ordinateur portable pour travailler.

Les autorités au Nouveau-Brunswick ont approuvé son plan. Il a ensuite pris la route à destination de Miramichi. Il y passe à l’heure actuelle 14 jours d’isolation avant de pouvoir embrasser les membres de sa famille.

Ryan Brideau dit qu’il compte passer une semaine à visiter plusieurs membres de sa famille lorsque sa période d’isolation sera terminée. Il passerait ainsi trois semaines au Nouveau-Brunswick avant de rentrer en Ontario.

Mais il dit douter de ses propres plans étant donné la remontée du nombre de personnes qui contractent la COVID-19 en Ontario. Il souhaite malgré tout revoir ses amis et autres connaissances dans cette province.

Il ne tient pas non plus à vivre trop longtemps dans sa fourgonnette qu’il considère comme étant une extension de son appartement.

J'aime penser que c'est plutôt une extension de mon appartement. C'est comme une pièce mobile que je peux utiliser et que je peux déplacer si je dois aller ailleurs, a déclaré M. Brideau.

Même si la liberté que procure un bureau mobile peut sembler attirante, M. Brideau ne croit pas que ce mode vie peut plaire à tous. Ce n’est pas gratuit, mais cela coûte moins cher qu’acheter une roulotte, dit-il.

Un réchaud à côté d'un évier.

Le véhicule est équipé d'une cuisinette.

Photo : Gracieuseté/Ryan Brideau

Il ne veut pas révéler combien il a payé pour avoir ce bureau mobile. De plus, l’entretien d’un véhicule âgé de 34 ans comprend aussi des coûts. Il dit avoir des outils pour faire lui-même certaines réparations.

Si l’on a un penchant pour la mécanique, c’est un excellent moyen de voyager pendant un certain temps, explique Ryan Brideau.

Avec les renseignements de Shane Fowler, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !