•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Deux personnes portent le masque dans un commerce.

L' Estrie passera en zone orange dès le 1er octobre. De nouvelles règles devront être suivies.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L' Estrie passera dès le 1er octobre en zone orange. Quelles sont les significations de ce changement de couleur?

La Santé publique n'a pas encore commenté préférant attendre d'avoir toute l'information en main avant de diffuser l'information.

Par contre, parce que d'autres régions sont passées à l'orange avant nous, voici sommairement les changements demandés par Québec.

En zone orange

- le nombre de personnes permises pour des activités organisées dans les lieux publics doit désormais être de 25 au lieu de 50, sauf, par exemple, dans les lieux où les personnes parlent peu comme au cinéma ou dans une salle de spectacle

- dans les bars, brasseries et casinos, la vente d'alcool et de nourriture prend fin à 23 h

- dans les bars comme dans les restaurants, c’est désormais un maximum de six personnes par table qui est permis

- un maximum de six personnes en provenance de deux ménages différents est autorisé lors de rassemblements privés

- dans les CHSLD, seules les visites à des fins communautaires et celles des proches aidants sont permises

Si l’Estrie souhaite éviter de passer en zone rouge comme c'est le cas pour Québec, Montréal et Chaudières-Appalaches, l’épidémiologiste et chargée de cours en santé publique, Nimâ Machouf rappelle l'importance de limiter les contacts.

On sait maintenant que la maladie se transmet de personne en personne. Il faut éviter que cette chaîne de transmission soit capable de fonctionner. […] Ça peut monter de façon exponentielle, ajoute la spécialiste.

Elle précise qu’il faut partager le minimum de matériel et garder nos distances.

On essaie de socialiser en mode COVID.

Nimâ Machouf, épidémiologiste et chargée de cours en santé publique

Là, cette fois-ci, il dit [le gouvernement], on ferme par secteur, au besoin, pour une période limitée, au moins l’économie ne va pas trop en souffrir, les enfants ne vont pas trop en souffrir, on verra, on ne sait pas trop c’est quoi la solution.

Comme lors de la première vague, les déplacements entre régions sont également à éviter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !