•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La forêt Boucher appelée à devenir une « forêt école »

Vue à vol d'oiseau d'arbres aux couleurs d'automne à Gatineau.

La forêt Boucher en plein cœur de la ville de Gatineau deviendra une « forêt école ».

Photo : Fondation Forêt Boucher/Repère

Radio-Canada

Le parc de la forêt Boucher deviendra une « forêt école » qui aura comme mission de permettre aux enfants de développer l’habitude d’être dans la nature.

C’est du moins la vocation principale que veut donner à cet espace vert urbain la Fondation forêt Boucher dans le contexte de son plan d’aménagement.

La programmation créera aussi une occasion d’utiliser les ressources naturelles comme matériel pédagogique et favorisera le jeu libre en plein air, peut-on lire dans un communiqué de la Fondation dans le cadre du lancement de son plan présenté mardi au conseil municipal de la Ville de Gatineau.

La Fondation forêt Boucher est également fière d’annoncer qu’elle travaillera avec Élise Gravel, illustratrice québécoise de renommée internationale, afin de créer des panneaux d’interprétation uniques au Québec, a dit la directrice générale de la Fondation, Marianne Strauss.

L'entrée d'un chemin qui mène à une forêt.

Entrée de la forêt Boucher à Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Laurie Trudel

La fondation vise d’ici 2027 l’aménagement de 8 kilomètres de sentiers avec 10 trottoirs de bois sur plus d’un kilomètre. La Fondation forêt Boucher installera de la signalisation et du mobilier sur tous les sentiers du parc et elle prévoit également d'aménager un parcours d’initiation au vélo de montagne ainsi qu’une piste d’hébertisme, ajoute Mme Strauss.

L’entrée principale du parc de la forêt Boucher sera située au bout de la rue Samuel-Edey, sur le boulevard des Allumettières. L’accès aux sentiers du parc et aux aménagements sera gratuit, mais des tarifs pourraient être exigés pour certains programmes.

Le mandat de créer et de gérer le parc de la forêt Boucher a été donné à la Fondation par la Ville de Gatineau à travers une entente de gestion qui a débuté en 2019 et qui se terminera à la fin de 2021 avec l’ouverture officielle du parc.

Plus pertinent que jamais

Ça fait plus de 10 ans que les citoyens attendent et appuient la création du parc de la forêt Boucher, maintenant je trouve que c’est plus pertinent que jamais pour les raisons que nous connaissons tous, soit la lutte contre les changements climatiques, la mise en valeur de notre patrimoine naturel et pour profiter du plein air urbain, dit la conseillère Audrey Bureau.

Si la pandémie nous apprend quelque chose, c’est la nécessité de ces espaces naturels en pleine ville et l'importance de revoir notre aménagement du territoire pour faire plus de place aux parcs urbains, ajoute Mme Bureau.

Pour sa part, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, estime que le projet correspond bien à la vision de l'administration municipale.

On est vraiment en train de se donner d’est en ouest des parcs assez extraordinaires qui sont souvent gérés par la communauté. On est en train de se donner une marque de commerce en pleine aire urbaine qui, selon moi, est spectaculaire quand on se compare aux autres villes, soutient-il.

Fini les chiens sans laisse?

La Fondation propose par ailleurs à la Ville de Gatineau de mettre en place un projet pilote pour autoriser les chiens en laisse dans les sentiers du parc. Présentement, la réglementation interdit la présence de chiens dans les espaces publics, même tenus en laisse.

À ce propos, M. André Lemay, président du Club canin d’Aylmer, déclare : C'est une perte énorme pour les marcheurs de chiens, c'est un gros, gros morceau. Le même phénomène s'est produit au lac Beauchamp. C'est interdit, mais les gens le font quand même. Tu ne peux pas bloquer ce besoin d'aller en forêt avec son chien sans laisse. Il y a des heures où, parfois, il n'y a personne en forêt, soutient M. Lemay.

Portrait de l'homme lors d'une entrevue Facetime.

André Lemay est le président du Club canin d'Aylmer, qui représente un peu plus de 1 000 membres.

Photo : Radio-Canada

C'est sûr qu'avec les aménagements, ça va devenir des centres touristiques très achalandés et je pense que l'aspect naturel de la forêt va en souffrir un peu, ajoute-t-il.

Nous avions demandé certains accommodements pour des corridors où les chiens sans laisse puissent circuler. Nous n’avons pas eu de réponse à cette requête-là, explique André Lemay.

Pour le conseiller Daniel Champagne, poser la question à propos des chiens sans laisse, c’est y répondre.

Sur la question des chiens, pour moi ça va de soi qu'il faut trouver une façon de permettre les chiens en laisse, mais jamais je n’accepterais la possibilité d'avoir des chiens sans laisse, pour moi, ça ne fait pas de sens. Si je suis en train de marcher avec quelqu’un qui a peur des chiens et qu'un chien s’approche de nous, ça ne fait pas de sens, explique M. Champagne.

Si les élus sont favorables à un projet pilote d’une année [il faudra] une modification réglementaire, parce que notre règlement sur la garde et le contrôle des animaux de compagnie a différentes dispositions par rapport à la présence de chiens dans les lieux publics, explique Marc Phaneuf, directeur territorial de la ville de Gatineau.

Selon M. Phaneuf, un tel changement règlementaire requiert deux séances du conseil municipal pour lecture et adoption du règlement. Le conseil pourrait avoir à voter sur une motion en ce sens en novembre.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !