•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Université de Moncton : le recteur prévoit des décisions difficiles à prendre

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
a6029956a13449988cc1674833144883

Le campus de Moncton de l'Université de Moncton

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Radio-Canada

Le recteur de l'Université de Moncton, Denis Prud’homme, croit qu'il faut entamer une révision en profondeur des services offerts par l'institution acadienne, ce qui comprend une révision des programmes.

Cela survient quelques années seulement après un processus long et complexe de révision des programmes dans les trois campus.

Le conseil des gouverneurs a adopté samedi un budget qui prévoit un déficit de près de six millions de dollars pour l'année universitaire en cours. Les raisons évoquées sont la pandémie, la baisse du nombre d’inscriptions d’étudiants étrangers, ainsi que le manque d'aide financière des gouvernements.

Le recteur croit que l'institution aura des décisions difficiles à prendre durant les prochaines années pour faire des économies.

C’est pour ça que dès mon entrée en poste, j’ai parlé de révision majeure au niveau de la façon qu’on offre nos programmes pour avoir des gains d’efficience. Ça va aussi peut-être demander de revoir le portfolio des programmes qu’on offre pour l'actualiser aux besoins actuels et aux besoins futurs de la société. On se doit également de regarder tout ce qui touche la gestion administrative, que ce soit de nos programmes ou de l'administration en général pour aller chercher des gains plus permanents et offrir nos programmes à des coûts moindres, explique Denis Prud’homme, en entrevue à l'émission Téléjournal Acadie.

Denis Prud'homme.

Le recteur de l'Université de Moncton, Denis Prud'homme.

Photo : Radio-Canada

Il vaut mieux faire des économies que d’augmenter considérablement les droits de scolarité, estime le recteur.

Puisqu’on avait une marge de manœuvre, nos frais ont toujours été inférieurs à la moyenne des universités au Nouveau-Brunswick, mais cette marge de manœuvre s’est rétrécie au cours des trois dernières années. Je pense que si on veut rester compétitif, il faut avoir des frais de scolarité comparables et trouver des gains dans d’autres dossiers, dit-il.

L'institution pourrait par exemple miser sur des cours en ligne pour éliminer les dédoublements dans ses trois campus et limiter des coûts tout en offrant une formation de qualité, selon le recteur Prud’homme.

Avec les renseignements du Téléjournal Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !