•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un policier raconte en détail comment il a fait feu sur Matthew Raymond

Les portraits de quatre personnes.

Les victimes de la fusillade de Fredericton en 2018. De gauche à droite : Robb Costello, Sara Burns, Donnie Robichaud, Bobbie Lee Wright.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Le policier de Fredericton qui a atteint par balle Matthew Raymond le jour de la fusillade où l'accusé a tué quatre personnes, en août 2018, a déclaré en cour, lundi, avoir tiré quand le suspect a pointé son arme dans sa direction.

J'ai vu le canon pointé directement sur moi, a raconté aux jurés le gendarme Brett Arbeau.

Matthew Raymond, 50 ans, fait face à quatre chefs d'accusation de meurtre au premier degré. Les victimes sont les civils Donnie Robichaud et Bobbie Lee Wright ainsi que les policiers Robb Costello et Sara Burns.

La défense a admis que l'accusé avait ouvert le feu sur les quatre victimes dans le stationnement d'un immeuble à logements, mais elle plaide qu'il doit être reconnu non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux.

L'agent Brett Arbeau a indiqué qu'il conduisait le troisième véhicule de police à arriver sur les lieux de la fusillade au 237, promenade Brookside, à Fredericton.

Il a mentionné que les agents Costello et Burns s'étaient engagés avec leur véhicule dans le stationnement du complexe de trois immeubles à logements. Le duo se serait ensuite dirigé vers l'arrière de la propriété. Un troisième agent, le sergent Jason Forward, s'était, lui, arrêté pour parler à un résident.

Brett Arbeau a dit avoir stationné son véhicule, sorti son arme longue et commencé à enfiler son équipement de protection lorsqu'il a entendu des coups de feu. C'est alors que le sergent Forward l'a informé que deux agents étaient touchés.

Matthew Raymond, menottes aux poignets, près d'un fourgon cellulaire.

Matthew Raymond lors d'une comparution en cour le 8 février 2019.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Rapidement, les policiers ont déterminé que les tirs provenaient d'un appartement du troisième étage. Brett Arbeau a déclaré en cour avoir reçu l'ordre de tirer si le suspect tentait à nouveau d'ouvrir le feu.

À un certain moment, à travers ses cris et gesticulations, le suspect aurait pointé son arme à nouveau et c'est à ce moment que l'agent Arbeau a réagi. À la première tentative, son arme longue se serait bloquée. Il s'est donc mis à l'abri pour débloquer son arme avant de faire feu et d'atteindre le suspect.

Je le regarde à travers ma lentille. Il regarde derrière moi. Il observe lentement, très lentement derrière moi. Il balaie du nord au sud et passant devant moi, il m'a vu a témoigné l'agent Arbeau.

Il a pointé son arme, j'ai vu le canon dirigé vers moi alors j'ai crié: Gun! Gun!, a relaté le policier qui a fait feu. J'ai vu que je l'avais atteint quelque part à l'abdomen.

Le procès de Matthew Raymond se poursuit mardi.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.