•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que lisait Réjean Ducharme? Un inventaire de sa bibliothèque de 1800 livres publié

Réjean Ducharme promène ses chiens.

Un inventaire complet des 1800 livres ayant appartenu à Réjean Ducharme sera publié le 7 octobre.

Photo : La Presse canadienne

Trois ans après le décès de l'écrivain fantôme, la succession de Réjean Ducharme publiera le 7 octobre prochain aux éditions Nota bene A1.1 La bibliothèque de Réjean Ducharme, un inventaire complet et fascinant des 1800 livres ayant appartenu à l'auteur de L'avalée des avalés (1966).

Réjean Ducharme (1941-2017) est considéré comme l'un des plus grands écrivains québécois grâce à ses nombreux chefs-d'œuvre, dont L'hiver de force (1973) et Va savoir (1994). L'homme a toujours refusé les entrevues et il a fui ses admirateurs et admiratrices jusqu'à la fin de ses jours, mais il a partagé sa vie avec sa compagne de longue date, Claire Richard (1928-2016), son chien Blaze et son impressionnante bibliothèque remplie de classiques de la littérature, de romans policiers et de dictionnaires. Dans sa maison de la rue Quesnel, située dans le quartier de Petite-Bourgogne, à Montréal, l'écrivain a accumulé près de 1800 livres et 175 disques.

Dans son bureau, Réjean Ducharme avait conservé ses livres dans six grandes étagères en acier ainsi que sur sa table de travail, encombrée d'encyclopédies et de lexiques spécialisés. Ses disques étaient rassemblés sur le bord de la fenêtre. Il y avait aussi des livres éparpillés dans le reste de la maison et dans une bibliothèque de chevet.

En faisant l'inventaire de cette collection et en attribuant à chaque livre une cote alphanumérique qui correspond à son emplacement précis, les autrices Jacinthe Martel, Monique Bertrand et Monique Jean ont voulu tracer un portrait de l'atelier de travail de l'écrivain : C'est une façon de renouveler sa mémoire et de donner au public des clés pour relire Réjean Ducharme, nous dit au bout du fil Monique Jean. Donner accès à la bibliothèque de Réjean Ducharme, c'est donner accès à son imaginaire, ajoute-t-elle. En effet.

Une bibliothèque remplie à ras bord de livres dans une petite pièce ayant une grande fenêtre.

Un aperçu de la bibliothèque de Réjean Ducharme.

Photo : Succession Réjean Ducharme / Monique Bertrand

Un lecteur boulimique

Ce qui est le plus saisissant de cet inventaire est d'abord sa diversité. Il y a des romans d'espionnage de Jean Bruce (1921-1963), plusieurs classiques d'Honoré de Balzac (1799-1850) et l'œuvre complète en anglais de Shakespeare (1564-1616). Il y a aussi des lectures moins communes comme Vie d'une amie de la volupté : roman de mœurs paru en 1686, de Ihara Oesaikaki (1642-1693), le texte sacré Tao-tö king, de Lao-tseu (600 av. J.-C.) ou encore Le jardin des supplices, d'Octave Mirbeau (1848-1917).

Visiblement, Réjean Ducharme appréciait l'œuvre de Louis-Ferdinand Céline (1894-1961) puisqu'on retrouve sur l'étagère A plusieurs romans de cet écrivain, dont deux éditions différentes de son classique Voyage au bout de la nuit (1932) (cote A6.30 et cote A7.12). L'écrivain possédait aussi deux éditions différentes (cote A5.22 et cote A5.28) de L'étranger (1942) d'Albert Camus (1913-1960). Soulignons aussi sur cette étagère des romans du grand auteur russe Fiodor Dostoïevski (1821-1881). On retrouve dans certains livres des annotations, parfois difficiles à déchiffrer.

Dans l'étagère D, Réjean Ducharme a précieusement conservé, malgré les déménagements qui ont ponctué sa vie, 22 livres de son amie Marie-Claire Blais dont plusieurs sont dédicacés. Il a jugé bon de garder une deuxième copie numérotée (E3.22) du livre Une saison dans la vie d'Emmanuel sur l'étagère E. Dans l'étagère F, Ducharme conservait huit volumes des œuvres complètes d'Antonin Artaud (1896-1948) et plusieurs romans de Franz Kafka (1883-1924).

Un vieux roman jauni ouvert. Une des pages est annotée.

Une édition du roman « Voyage au bout de la nuit » de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline, annotée par Réjean Ducharme.

Photo : Monique Bertrand / Succession Réjean Ducharme

Table de travail et table de chevet

Le jour du décès de l'écrivain, une édition de 1995 du livre Flore laurentienne du frère Marie-Victorin (1885-1944) se trouvait sur sa table de travail. L'édition de 1964, elle, se trouvait ailleurs dans la maison. Pas très loin de là était déposé Le bon usage, du regretté Maurice Grevisse (1895-1980). Le grand écrivain sentait-il parfois le besoin de refaire ses devoirs?

La table de chevet, qui est répartie en plusieurs étagères, est des plus intrigantes. Sont empilés le Lolita de Vladimir Nabokov, le Mein Kampf d'Adolf Hitler, le Sodome et Gomorrhe de Marcel Proust, deux éditions en Pléiades des œuvres de Louis-Ferdinand Céline, des volumes du Traité de droit civil du Québec de Léon Faribault, 25 livres de J.M.G. Le Clézio et les poésies complètes d'Émile Nelligan. Soulignons que Réjean Ducharme ne conservait aucun exemplaire de ses propres livres, un peu comme s'ils n'existaient que dans sa tête.

Réjean Ducharme le mélomane

Auteur de plusieurs chansons interprétées entre autres par Robert Charlebois et Pauline Julien, Réjean Ducharme écoutait beaucoup de musique. Sur les bords de fenêtre (section H et I), il y a en version 33 tours de la musique classique (Brahms, Chopin et Mozart), des classiques du rock (The Beatles, Pink Floyd, Jimi Hendrix, The Rolling Stones et Harmonium) et de la chanson (Serge Reggiani, Léo Ferré, Félix Leclerc, Robert Charlebois, Pauline Julien).

Tout le contenu du bureau et de la bibliothèque de chevet appartient depuis 2018 au Musée de la civilisation (Québec) et il devrait faire l'objet d'une exposition en 2022. En attendant, il y a cet inventaire qui sera publié sous peu et qui sera d'un réel intérêt pour tous ceux et celles qui veulent s'inspirer des lectures de Réjean Ducharme.

Une page couverture montre une épaisse encyclopédie très usée.

« A1.1 La bibliothèque de Réjean Ducharme », publié aux éditions Nota bene, paraîtra le 7 octobre 2020.

Photo : Groupe Nota Bene

C'est ducharmien

Il y a des hasards qu'on ne peut passer sous silence. Ce nouveau livre sur Réjean Ducharme est arrivé sur mon bureau à un drôle de moment. Le jour même, quelques heures avant l'arrivée du colis, j'avais rencontré l'autrice et directrice artistique Mouffe, qui s'apprête à sortir aux éditions La Presse sa biographie, intitulée Mouffe : au cœur du showbizz. Page 175, elle écrit à propos de Réjean Ducharme : Il me couvrait de fleurs et de poèmes, jusqu'au jour où je suis redevenue libre, où il m'a offert de vivre avec lui. Malheureusement mon cœur était déjà pris, j'ai dû lui dire non. En entrevue, elle va plus loin et affirme que l'écrivain était amoureux d'elle : J'avais déjà une très grande relation amicale, c'était mon confident et il me confiait des choses. Mouffe garde précieusement chez elle quelques notes manuscrites de Réjean Ducharme.

De retour au bureau, je raconte l'anecdote au collègue Nabi-Alexandre Chartier tout en déchirant une enveloppe qui, je ne le savais pas, contenait le livre A1.1 La bibliothèque de Réjean Ducharme.

Il s'agit là d'un moment typiquement ducharmien où en évoquant sa mémoire… c'est sa littérature qui vient encore nous chercher.

Sacré Réjean.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !