•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accalmie entre pêcheurs dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse

Très faible présence de pêcheurs au quai de Saulnierville le 27 septembre 2020.

Peu de pêcheurs étaient au quai de Saulnierville le 27 septembre 2020.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lefebvre

Radio-Canada

En Nouvelle-Écosse, les pêcheurs de la baie Sainte-Marie espèrent avec impatience un accord entre les pêcheurs autochtones de la Première Nation de Sipekne'katik et le gouvernement fédéral. Sur le terrain, la tension s’est estompée, mais les deux côtés campent sur leurs positions.

Les pêcheurs autochtones sont restés à quai lundi en raison des forts vents.

Les pêcheurs autochtones n’ont toutefois pas l’intention d’arrêter leur pêche autogérée, et les pêcheurs non autochtones s’inquiètent toujours pour la sauvegarde du homard.

Fred Whoriskey, directeur général d'Ocean Tracking Network et professeur adjoint en biologie à l’Université Dalhousie, remet ces craintes en question.

La différence dans la quantité des poissons qui sont en train d’être enlevés ne va pas avoir un impact sur la dynamique de la population des homards dans cette région, dit-il.

Un rassemblement a aussi eu lieu à Halifax samedi, pour appuyer les pêcheurs autochtones et leurs droits issus de traités.

Les discussions se poursuivent

La ministre fédérale des Pêches et des Océans, Bernadette Jordan, s’entretient ces jours-ci d’un côté avec les pêcheurs non autochtones de la baie Sainte-Marie et de l’autre, avec les pêcheurs autochtones.

Dimanche, les pêcheurs non autochtones ont eu une rencontre Zoom avec elle.

Bernadette Jordan à l'extérieur devant un micro, vêtue d'un manteau d'hiver.

Bernadette Jordan, ministre des Pêches et députée fédérale de South Shore-St. Margarets, en Nouvelle-Écosse, le 14 janvier 2019.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Luc LeBlanc, organisateur pour l’Union des pêcheurs des Maritimes, estime que le dialogue stagne. Les réponses restent insatisfaisantes, dit-il. En fait, on n’a pas beaucoup de réponses.

Il ajoute que l’objectif principal de l’Union est de communiquer à tous les partis qu’on est prêts à négocier.

Une autre rencontre est prévue pour mardi entre les pêcheurs autochtones, la ministre Bernadette Jordan et des représentants de Pêches et Océans Canada.

Avec les informations d’Olivier Lefebvre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !