•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un agent de la GRC accusé de l’agression sexuelle d’un mineur

L'écusson portant les armoiries de la Gendarmerie royale du Canada est cousu à la manche de la chemise d'un agent.

Les faits présumés se sont déroulés dans le nord du Manitoba.

Photo : Reuters / Shannon VanRaes

Radio-Canada

Un agent de la Gendarmerie royale du Canada est accusé d’avoir agressé sexuellement un mineur après une enquête de l’Unité d’enquête indépendante du Manitoba.

Une accusation d'agression sexuelle et une accusation de contact sexuel ont été portées contre le policier à la suite d'une enquête qui a débuté le 27 juillet, selon un communiqué de presse de l'Unité d’enquête indépendante du Manitoba.

Un communiqué de presse précédent indiquait que l'agression sexuelle présumée d’un mineur s'était produite le 1er juillet, mais que les allégations avaient été signalées par la GRC à l’Unité d’enquête indépendante peu avant le début de l’enquête.

À ce moment-là, cette dernière avait déclaré que les faits présumés s’étaient déroulés dans le nord du Manitoba et qu'elle ne divulguerait pas plus d'information en raison de la nature délicate de l'affaire.

Le directeur de l’Unité d’enquête indépendante, Zane Tessler, précise dans le communiqué qu’il croit qu'il existe des motifs raisonnables de croire qu'un crime a été commis et qu’il a autorisé la poursuite.

L'agent de la GRC a été arrêté et libéré. Il doit comparaître devant la Cour provinciale pour faire face aux deux accusations.

L'agent accusé est employé par la GRC depuis 15 ans. Il a été relevé de ses fonctions avec solde, selon la porte-parole de la GRC, Tara Seel.

Ce sont des accusations extrêmement graves et préoccupantes, déclare-t-elle dans un courriel.

La GRC a ouvert sa propre enquête interne sur les allégations, comme l'exige son code de conduite, poursuit Tara Seel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !