•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fin du moratoire sur le remboursement des prêts étudiants canadiens inquiète

Une foule de personnes portant des mortiers, vues de dos.

Les détenteurs de prêts étudiants du gouvernement fédéral devront recommencer à rembourser leur prêt dès le mois d'octobre.

Photo : getty images/istockphoto / Rattankun Thongbun

Radio-Canada

La fin du moratoire de six mois sur le remboursement des prêts d'étude canadiens inquiète plusieurs détenteurs de prêts étudiants qui disent ne toujours pas être en mesure d'assumer la reprise des paiements, en raison de la pandémie de COVID-19.

Dès le 1er octobre, Emma Booth devra recommencer à débourser 270 $ par mois pour rembourser ses prêts étudiants.

La jeune femme, qui vient tout juste de terminer ses études, avait bénéficié de la période de grâce décrétée en mars par Ottawa afin d'aider les personnes qui sont actuellement en train de rembourser leurs prêts étudiants à faire face à la pandémie de COVID-19.

Ça va être très difficile. Je vais devoir faire beaucoup de sacrifices, déplore-t-elle.

Comme plusieurs Canadiens, Emma Booth a perdu son emploi au début de la crise sanitaire. Elle affirme que le travail à temps partiel qu'elle occupe maintenant est loin de suffire à payer ses factures.

Devoir recommencer à rembourser mon prêt est très stressant. La plupart des gens occupent des emplois au salaire minimum, ce qui n'est pas assez pour payer toutes les dépenses, dit-elle.

Quelles options?

Miguel Palacios, professeur associé en finances à l'Université de Calgary, invite les détenteurs de prêts étudiants qui ne sont pas en mesure de recommencer leurs paiements à s'informer d'autres avenues possibles auprès du Centre de service national.

Ces options existent et permettront de suspendre les paiements pendant un moment si leurs revenus sont faibles, explique-t-il.

Par ailleurs, effectuer des paiements minimums est également une bonne option étant donné les taux d'intérêt faibles en ce moment.

De son côté, Emma Booth, qui estime qu’il lui reste environ 40 000 $ à rembourser, aimerait que le gouvernement fédéral en fasse davantage pour aider les personnes dans sa situation.

Si on effectue ses paiements mensuels, il ne devrait pas y avoir d’intérêts. La somme que j’ai payée jusqu’à maintenant est incroyable et il ne s’agit que d’intérêts, même si je n’ai jamais manqué un paiement, dit-elle.

Avec les informations de Tahirih Foroozan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !