•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : du vert au rouge, le code de couleur du Manitoba expliqué

Depuis lundi, Winnipeg et 17 autres villes et villages de la région environnante sont en code orange.

Deux femmes marchent en portant un masque.

Winnipeg est passée en code orange lundi. Quelles sont les mesures qui peuvent être mises en oeuvre selon les différents codes de couleur?

Photo : Radio-Canada / Trevor Brine

Vert, jaune, orange, rouge… Le 28 août dernier, le Manitoba annonçait un système de couleurs permettant d’instaurer des restrictions plus ou moins sévères, selon la situation de la COVID-19 dans la province. Or toutes les restrictions relatives à une couleur ne sont pas forcément mises en place. Cela crée une certaine confusion dans la population. Radio-Canada décode ce système pour vous aider à mieux comprendre comment il fonctionne.

Code vert : tout va bien

Le code vert, qui correspond au niveau risque limité, est le moins contraignant. Pour que le Manitoba soit en code vert, il faudrait que la transmission de la COVID-19 soit largement contenue et qu’un vaccin ou un traitement efficace existe. Ce niveau correspond, en quelque sorte, à la situation pré-COVID-19, et le Manitoba n’a jamais été en code vert depuis l’apparition du premier cas de la maladie, le 12 mars dernier.

Critères pour être en code vert

  • Les niveaux de transmission du virus sont très bas ou indétectables.
  • Un vaccin ou un traitement efficace existe.
  • Si de petites éclosions isolées surviennent, elles sont rapidement contenues.
  • Pas de transmission communautaire détectable.
  • Le système de santé a assez de capacité pour traiter les malades.

Dans un tel cas, aucune mesure sanitaire particulière n’est mise en place.

Une capture d'écran de la page de couverture d'un rapport du Manitoba.

Le système de réponse à la COVID-19 du Manitoba se base sur quatre couleurs.

Photo : Radio-Canada

Code jaune : la prudence s’impose

Le code jaune correspond au niveau prudence. Pour que ce niveau soit activé, il faut que des taux faibles ou modérés de transmission de la maladie soient repérés et que, globalement, la transmission de la COVID-19 soit encore largement maîtrisée.

Critères pour être en code jaune

  • Les niveaux de transmission du virus sont bas ou modérés.
  • La maladie se transmet au sein d’un même foyer ou avec des personnes avec lesquelles les malades ont été en contact rapproché.
  • De multiples petites éclosions isolées ou un petit nombre d’éclosions comportant un plus grand nombre de personnes infectées sont repérées, mais la plupart sont circonscrites.
  • La transmission communautaire est basse ou restreinte du point de vue géographique et limitée.

Dans une telle situation, la province a accès à toute une série de mesures qu’elle peut prendre, selon la situation. Par exemple, elle peut limiter la taille des rassemblements, mettre des restrictions en place pour les voyages intraprovinciaux et interprovinciaux, limiter les capacités d’accueil de plusieurs entreprises et services comme les casinos, les bars et les restaurants. Elle peut aussi imposer des normes de distanciation physique dans des lieux fermés comme les garderies.

Des jeux à terre dans une salle de classe, En arrière-plan, on aperçoit les jambes d'un enfant qui joue à terre.

Des mesures sanitaires sont en place dans les garderies scolaires.

Photo : Radio-Canada

En tout, il existe pas moins de 18 mesures (Nouvelle fenêtre) (en anglais) que la province peut prendre, mais cela ne veut pas dire qu’elles seront forcément toutes mises en place. Il faut voir ces mesures comme un éventail de solutions auxquelles les autorités sanitaires ont recours au cas par cas, selon les informations dont elles disposent et les risques encourus par la population.

Code orange : des restrictions s’imposent

Le code orange, ou restrictions , est le deuxième sur le plan de la gravité dans l'échelle de la province. Pour passer à ce niveau, il faut que la transmission de la COVID-19 soit répandue dans la province et moins stable.

Une carte qui montre la zone couverte par la zone orange au Manitoba.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Winnipeg et 17 autres villages de la grande région métropolitaine de la capitale manitobaine sont en code orange.

Photo : Radio-Canada

Winnipeg et 17 municipalités de la région sont en code orange depuis le 28 septembre. Les masques sont obligatoires à l'intérieur dans les endroits publics. Et les rassemblements sont limités à 10 personnes.

Critères pour être en code orange

  • La transmission communautaire de la maladie se produit dans presque tout le Manitoba.
  • De nouvelles éclosions surviennent mais elles peuvent encore être contrôlées grâce à l’auto-isolement, le dépistage et le suivi des contacts afin d’empêcher de nouvelles contaminations.
  • Le système de santé est encore en mesure d’absorber et de traiter les malades de la COVID-19.

Dans cette situation, l’éventail de mesures dont disposent les autorités sanitaires s’élargit, tandis que les restrictions, elles, deviennent plus contraignantes.

Elles peuvent, ainsi, limiter davantage la taille des rassemblements, accroître les restrictions pour les voyages à l'intérieur et entre les provinces, remettre à plus tard certaines opérations chirurgicales non urgentes, restreindre l’accès aux établissements de santé ou encore ordonner aux élèves de la 9e à la 12e année de suivre les cours à distance. En tout, les autorités peuvent mettre en place 15 mesures différentes.

Vue extérieure de l'entrée du bar.

Les autorités provinciales mènent des discussions avec les bars et les restaurants au sujet de possibles mesures de sécurité plus strictes liées au code orange.

Photo : Radio-Canada / Walther Bernal

Code rouge : la maladie devient incontrôlable

Enfin, le code rouge, ou critique, correspond au niveau le plus grave de l’échelle de la province. Dans ce cas, la transmission du SRAS-CoV-2 n'est plus maîtrisée et le système de santé n’est pas en mesure de faire face à la crise.

Critères pour être en code rouge

  • La transmission communautaire de la COVID-19 est très importante et incontrôlable.
  • De nouvelles éclosions surviennent en grand nombre et ne peuvent pas être contrôlées grâce au dépistage et au suivi des contacts.
  • Le virus se propage à des niveaux que la province et le système de santé estiment inquiétants ou critiques.

Concrètement, atteindre le code rouge serait, en quelque sorte, un échec des autorités sanitaires. L’éventail des mesures possibles pour tenter de remédier à la situation s’étend davantage encore et elles deviennent plus restrictives.

Le Manitoba pourrait, par exemple, réduire de façon extrême les rassemblements, fermer toutes les entreprises non essentielles, annuler toutes les opérations chirurgicales non urgentes, ordonner la fermeture des universités et les obliger à donner les cours à distance, fermer restaurants, bars et autres lieux de loisirs.

En tout, les autorités sanitaires ont à leur disposition plus d’une vingtaine de mesures.

Une grande flexibilité

Il est important de bien comprendre que toutes les mesures à la disposition des autorités sanitaires pour chaque code de couleur ne seront pas forcément mises en place.

Elles ne constituent qu’une série de solutions permettant à la province de répondre à des degrés de gravité divers d’une crise en cours.

En fait, le maître mot du système provincial, c’est la flexibilité. En établissant de longues listes de restrictions potentielles, les autorités sanitaires se donnent la capacité de répondre à la pandémie de la façon la plus adéquate et la plus précise possible.

Vue de l'entrée de l’école John Pritchard School.

Plusieurs cas de COVID-19 ont été déclarés à l'École John Pritchard où plus de 200 élèves ont maintenant un enseignement à distance pour éviter la propagation.

Photo : Radio-Canada / Jillian Taylor

Les mesures peuvent être prises de manière localisée, comme cela a été le cas en août dans la région sanitaire Prairie Mountain, ou par secteurs d’activité économique. Par exemple, certaines pourraient s’appliquer uniquement à l’hôtellerie quand d’autres pourraient ne concerner que l’industrie des loisirs. Elles peuvent ainsi varier d’échelle et viser une région, une ville ou encore un établissement.

Ainsi, plusieurs centres de soins pour personnes âgées ont été en code orange dans la province, sans pour autant que la ville où ils sont situés ne soit, elle aussi, en code orange. Cela a notamment été le cas pour le centre Bethesda Place, à Steinbach.

Une plaque sur le devant du centre hospitalier pour aînés.

Le centre de soins pour aînés Bethesda Place à Steinbach a été le centre d'une éclosion. Il avait été mis en code orange.

Photo : Radio-Canada / Trevor Brine

Pour les écoles, le degré de précision va plus loin, puisque des mesures peuvent être prises à l’échelle d’une classe.

Ce serait le cas si, par exemple, un cas de COVID-19 survenait dans une classe de maternelle à la 8e année, au sein d’un groupe fixe. Si aucune transmission n’est détectée, alors seule cette classe pourrait être soumise à des mesures, tandis que le reste de l’école pourrait rester ouvert et fonctionner normalement.

Bref, ce qu’il faut retenir :

  • Chaque code de couleur offre une panoplie de mesures.
  • Toutes les mesures ne seront pas forcément appliquées.
  • Chaque mesure peut être mise en place de façon très locale ou sur une plus large région géographique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !