•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Action boréale plus inquiète que jamais pour les caribous de Val-d’Or

Un jeune caribou au pelage blanc et brun, recouvert partiellement de neige.

L'arrivée de l'hiver inquiète particulièrement l'Action boréale. (Archives)

Photo : iStock / JellisV

L’organisme L’Action boréale déplore une fois de plus l’inaction du gouvernement du Québec dans le dossier des caribous de Val-d’Or.

Les six bêtes toujours en vie demeurent dans un enclos temporaire de 1,8 hectare depuis plus de six mois. Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) avait annoncé l’intention de leur construire un enclos plus vaste cet été, mais ce projet n’a toujours pas vu le jour.

Au ministère, on affirme être à finaliser les meilleurs scénarios pour la survie du troupeau, y compris de construire un enclos de plus grande dimension.

Les détails seront connus bientôt, écrit-on dans un courriel. Nous maintenons l’orientation de garder les caribous restants en enclos, une mesure exceptionnelle et temporaire qui vise à les soustraire d’une menace de prédation par le loup. La taille de l’enclos actuel est suffisante pour une garde en captivité de courte durée. Nous nous assurerons de maintenir un suivi adéquat de l’état des bêtes.

L’hiver qui approche inquiète particulièrement Henri Jacob, président de l’Action boréale. L’enclos de 8000 hectares a été annoncé en février et rien n’a encore été fait, déplore-t-il. C’est évident que le ministère n’a pas l’intention de faire de quoi pour les sauver. Essayer de les garder dans cet enclos voudrait dire beaucoup d’investissements pour passer l’hiver et ce n’est pas évident que ça les aiderait à survivre. On est presque rendus en octobre. Je vois mal comment on pourrait arriver à lancer les appels d’offres et construire ça rapidement en hiver.

Solution attendue

Le ministre Pierre Dufour affirmait en août être en pourparlers avec différents partenaires pour une solution rapide à mettre en place, avant la publication de sa Stratégie pour les caribous forestiers et montagnards, prévue pour l’an prochain.

Herin Jacob rappelle que le gouvernement a déjà une stratégie sur la table, à laquelle l’Action boréale a contribué.

On ne croit pas qu’il y aura une solution à présenter ou qu’il pourra trouver des partenaires, affirme-t-il. Le plan que le ministre a en mains, il ne veut pas le mettre en application. Rendus où nous en sommes, qui acceptera d’amener ces bêtes-là en sachant qu’elles vont mourir un jour et qu’on dira que c’est de leur faute? Le ministère essaye de se débarrasser d’une patate chaude et ça va coûter la vie des derniers caribous de Val-d’Or.

Rapport de nécropsie

Rappelons que l’un des sept caribous mis en captivité est mort en juillet dernier. Le rapport de nécropsie ne cible pas une seule case pour cette mort, mais le MFFP énumère les périodes des grandes chaleurs, la forte présence de mouches, la maigreur de l’animal et les changements dans l’alimentation comme des causes possibles.

À la suite de ce rapport, le MFFP dit aussi avoir assuré un suivi optimal des bêtes restantes en enclos, notamment par des visites plus fréquentes du vétérinaire, ainsi qu’un suivi resserré de l’observation et de l’alimentation des bêtes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !