•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les propos polémiques du président de la Chambre de commerce de Yorkton critiqués

Photo de Mike Stackhouse.

Dans un article publié lundi sur son blogue personnel, intitulé ‘’Stackhouse Soapbox’’, Mike Stackhouse a déclaré qu'il n'était pas anti-masque, mais qu'il préférerait que chacun ait la liberté de choisir.

Photo : Radio-Canada / capture d'écran Stackhouse Soapbox

Radio-Canada

Le président de la Chambre de commerce de Yorkton, Mike Stackhouse, fait l'objet de critiques au sujet de son scepticisme à l'égard du port du masque et de la COVID-19.

Mike Stackhouse a exprimé des doutes sur son blogue personnel et sur les réseaux sociaux, remettant en question l'efficacité du port du masque et a critiqué la réponse du gouvernement face à la pandémie en la qualifiant de réaction excessive .

Ses commentaires surviennent alors que l'école secondaire régionale de Yorkton a annoncé qu'elle fermait ses portes et qu'elle passait à l'apprentissage à distance jusqu’au 19 octobre, aprèsqu'au moins quatre personnes de l'école ont été déclarées infectées à la COVID-19, dimanche.

Denis Kendel, un consultant en politiques de santé de Saskatoon, a qualifié les propos de Mike Stackouse de faux et de controversés. Il ajoute qu'il était particulièrement troublant que de tels propos viennent d'un leader communautaire.

Un citoyen responsable ne devrait pas mettre inutilement d'autres personnes en danger, a déclaré le Dr Kendel.

Une politique qui nuit au commerce local

Dans un article publié lundi sur son blogue, intitulé Stackhouse Soapbox, Mike Stackhouse déclarait qu'il n'était pas antimasque, invoquant plutôt la liberté de choix de chaque individu.

Je prêche pour la liberté de choix.

Mike Stackhouse, publication sur le blogue Stackhouse Soapbox

Il a ajouté qu'il n'irait pas dans une épicerie ou une entreprise imposant le port du masque et qu'une politique de masque obligatoire amènera les gens à faire leurs achats en ligne.

J'ai encore la possibilité de choisir et je vais acheter chez ceux qui ne m'obligent pas à porter un [masque], a écrit Mike Stackhouse.

Selon lui, les masques sont appropriés lors de concerts, de manifestations sportives ou dans le transport en commun. Il a ajouté qu'il serait approprié d'en porter un autour de personnes vulnérables.

Cependant, je pense aussi que, si on est une personne vulnérable, on doit également être responsable de soi-même et ne pas miser sur le fait que des étrangers soient responsables de soi, a-t-il poursuivi.

La Chambre de commerce de Yorkton n'a pas fait de commentaires sur le sujet, mais le propriétaire de l'entreprise où Mike Stackhouse travaille a affirmé qu'il se dissociait de ses commentaires.

Ces opinions ne sont pas celles de Source Embroidery ou de son personnel, a dit le propriétaire de l’entreprise, Kirk Weinmaster, lors d’une entrevue à CBC, lundi.

Le Dr Kendel a déclaré ne pas savoir pourquoi M. Stackhouse a tenu ces propos, mais il note que de nombreux sceptiques de la COVID-19 sont influencés par le ton vindicatif qui règne sur les médias sociaux, en particulier aux États-Unis.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir
Le docteur Denis Kendel lors d'un point de presse en Saskatchewan.

Denis Kendel estime que les responsables de la Chambre de commerce devraient discuter avec leur président afin de décider s'il peut continuer à la diriger.

Photo : Radio-Canada / Trent Peppler

Il y a une école de pensée au sujet de la liberté personnelle et des adeptes qui affirment : "Personne ne me dira quoi faire." [Ces gens] sont invités à rester chez eux et à ne pas porter le masque. Lorsqu'on sort, on met d'autres personnes en danger.

Denis Kendel, consultant en politiques de santé

Le port de masque nous permet de nous protéger les uns les autres. On ne le fait pas seulement pour soi-même. [Le port du masque] me semblerait être très sage, en particulier à Yorkton en ce moment , a dit le consultant en rappelant l’émergence de nombreux cas dans la petite communauté.

Selon ce dernier, les responsables de la Chambre de commerce devraient avoir une discussion avec Mike Stackhouse afin de décider s'il peut continuer à diriger l'organisation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !