•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rencontre du comité spécial sur la COVID-19 prévue jeudi

Blaine Higgs en conférence de presse devant des drapeaux du Canada et du Nouveau-Brunswick.

Blaine Higgs souhaite mieux comprendre qui est autorisé à transiter par l'aéroport d'Halifax.

Photo : Radio-Canada

Marie-Ève Brassard

Le comité spécial sur la COVID-19 se réunira ce jeudi, a annoncé le premier ministre Blaine Higgs aux journalistes lundi matin. Il s’agit de la première rencontre officielle du comité multipartite depuis la réélection de Blaine Higgs, le 14 septembre dernier.

Au cours de cette rencontre, l’option du port du masque obligatoire sera abordée, prévoit M. Higgs. Il affirme que le gouvernement se fiera aux recommandations émises par la Santé publique, mais il ajoute toutefois ne pas vouloir instaurer de mesures trop coercitives sans raison.

Il y a un équilibre à trouver et la raison pour laquelle je dis cela est que [...] si nous constatons un bon comportement dans nos espaces publics, alors vous pouvez répondre aux exigences. Si vous êtes trop restrictif, les gens peuvent en arriver à vouloir se rebeller, nuance le premier ministre.

Il faut qu’il y ait une raison [à l’instauration du port du masque obligatoire], poursuit-il.

En plus du port du masque, la rentrée scolaire, la saison de la grippe et l’augmentation du nombre de tests de dépistage seront notamment à l’ordre du jour de la rencontre du groupe de travail.

La flambée récente du nombre de cas au Québec inquiète le premier ministre. Dimanche, le nombre de nouveaux cas dans la province était de 896, un record depuis mai.

Blaine Higgs a admis que la frontière avec le Québec située au nord du Nouveau-Brunswick constituait sa principale préoccupation. Il s’est toutefois dit satisfait des résultats du contrôle frontalier exercé, ainsi que de sa décision de resserrer la frontière pour les résidents du Témiscouata.

Je pense que tout le monde regarde ces chiffres [nombre de cas dans les provinces voisines] et dit : "je suis content que nous ayons un contrôle des frontières ici et que nous ayons une politique d'isolement."

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Higgs veut une meilleure compréhension des frontières aériennes

Le gouvernement se préoccupe aussi de mieux comprendre qui transite par les aéroports dans la bulle atlantique, particulièrement par celui d’Halifax.

Si nous avions une meilleure compréhension de l'aéroport de Halifax, cela permettrait à la frontière entre la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard de changer un peu, a laissé entendre le premier ministre.

Moyennant un meilleur contrôle et une meilleure compréhension des gens qui transitent par l’aéroport d’Halifax, les restrictions frontalières entre les provinces de l’Atlantique pourraient donc peut-être être modifiées.

M. Higgs compte notamment discuter de ce sujet lors d’une rencontre avec ses homologues de l’Atlantique prévue à la mi-octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !