•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario est entré dans la 2e vague et elle sera « pire que la première », dit Ford

L'Association des hôpitaux de l'Ontario demande un retour à la deuxième étape de confinement pour le Grand Toronto et la région d’Ottawa.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, accompagné des ministres de la Santé, Christine Elliott et des Finances, Rod Philipps, ainsi que du médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr David Williams, lors d'une conférence de presse lundi après-midi.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, accompagné des ministres de la Santé, Christine Elliott, et des Finances, Rod Philipps, ainsi que du médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr David Williams, lors d'une conférence de presse lundi après-midi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, fait appel à la responsabilité des Ontariens pour infléchir la hausse des cas de COVID-19, qui ont connu une augmentation record lundi.

L'Ontario a commencé sa deuxième vague, a déclaré Doug Ford lors d'une conférence de presse lundi, quelques heures après que la province eut confirmé 700 nouvelles infections par le coronavirus, du jamais vu depuis le début de la pandémie.

On sait qu'elle sera pire que la première [vague], a-t-il ajouté en priant chacun de suivre les consignes de santé publique pour éviter que cette vague ne se transforme en tsunami.

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, également présent au point de presse, a tempéré cette déclaration : On ne sait pas encore quel impact cette vague aura sur notre système. On est mieux préparés que lors de la première vague, a-t-il dit en référence aux capacités renforcées du système de santé.

Nous pouvons toujours aplanir la courbe, mais on doit se préparer au pire.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario

Questionnée sur la possibilité que tout ou une partie de l'Ontario rétrograde à l'étape 2 du plan de réouverture de l'économie, la ministre de la Santé a indiqué que le gouvernement garde cette option en tête. Si c’est nécessaire, nous le ferons, a-t-elle déclaré.

La ministre ontarienne de la Santé, Christine Elliott, en conférence de presse.

La ministre ontarienne de la Santé, Christine Elliott

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Le Dr Williams a souligné le fait que d'éventuelles décisions de restrictions sanitaires pourraient toucher les régions où le virus est le plus virulent, particulièrement les centres urbains.

Lundi, les régions de Toronto (344), de Peel (104) d'Ottawa (89) et de York (56) sont celles qui enregistrent le plus grand nombre de cas, selon Santé publique Ontario.

Par ailleurs, le gouvernement provincial a annoncé un investissement de 52 millions de dollars consacrés à la formation et au recrutement de 3700 travailleurs de la santé.

Dans le détail, 800 infirmières devront notamment s'ajouter aux contingents des hôpitaux et des maisons de soins de longue durée, tandis que 2000 préposés aux bénéficiaires sont recherchés.

700 cas, 50 000 infections

Le nombre de cas actifs de COVID-19 continue de croître pour la 25e journée de suite en Ontario.

Les 700 nouveaux cas sont le nombre le plus élevé jamais enregistré en une journée en Ontario. Le précédent record s'élevait à 640 cas et avait été signalé le 24 avril.

Depuis ce temps, l'Ontario a grandement augmenté sa capacité à réaliser des tests de dépistage. Alors que le 24 avril, 12 295 tests avaient été effectués, ce nombre est aujourd'hui de 41 111.

Le nombre de tests de dépistage en attente a quant à lui chuté, passant à 49 586.

Hausse des hospitalisations

Le nombre d’hospitalisations a augmenté de 16 depuis dimanche, portant le total à 128. Une personne de plus a été admise aux soins intensifs, ce qui porte ce chiffre à 29.

La ministre de la Santé Christine Elliott souligne que 60 % des nouvelles infections touchent des personnes de moins de 40 ans.

Le gouvernement de la province signale de nouvelles éclosions dans quatre foyers de soins de longue durée. 13 nouveaux cas et un nouveau décès y ont été répertoriés.

Depuis le 3 septembre, le nombre de nouvelles infections dépasse chaque jour le nombre de nouvelles guérisons, entraînant une croissance des cas actifs connus dans la province.

L’Ontario a d’ailleurs franchi la barre des 50 000 diagnostics positifs de COVID-19, le total des cas se chiffrant désormais à 50 531.

La province signale également 36 nouveaux cas de COVID-19 dans les écoles, dont au moins 27 parmi les élèves.

Avec ces nouveaux chiffres, il y a maintenant 224 écoles publiques sur les 4828 dans la province qui ont connu des cas.

Un reconfinement partiel réclamé pour le Grand Toronto et Ottawa

Suite à la parution de ces chiffres, l'Association des hôpitaux de l'Ontario demande un retour à la deuxième étape de confinement pour le Grand Toronto et la région d’Ottawa.

Citant un taux d’occupation moyen de 89 % aux soins intensifs, avec certains hôpitaux qui dépassent déjà leur capacité, l’association craint qu’une hausse soudaine du nombre de cas ne mène à un débordement du système.

L’Association des hôpitaux de l’Ontario affirme que les bars et les restaurants qui servent des clients à l’intérieur sont des vecteurs importants de la maladie.

La médecin hygiéniste de Toronto est du même avis. La Dre Eileen de Villa a déclaré qu'elle recommanderait au conseil cette semaine d'exiger que les restaurants et les bars réduisent le nombre de clients de 100 à 75, réduisent le nombre de personnes à une table de 10 à six et collectent les coordonnées de chaque client.

La Dre de Villa a aussi affirmé qu'elle allait exiger que la musique de fond soit à un volume minimal pour éviter la propagation de gouttelettes. Le conseil municipal se réunit mercredi.

Toronto a signalé 381 nouveaux cas de COVID-19 lundi.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !