•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Steve Henson, plombier, cowboy et inventeur de la sauce ranch

Un petit récipient contenant de la sauce ranch, entouré de légumes crus.

La sauce ranch est parmi les condiments préférés de la clientèle américaine.

Photo : iStock / MSPhotographic

Alexis Boulianne

Les États-Unis ont une certaine obsession avec la sauce ranch. Cette vinaigrette crémeuse à base de babeurre et de mayonnaise est de loin la sauce la plus vendue au pays. Derrière la marque la plus connue de sauce ranch, Hidden Valley Ranch Dressing, se cache l’histoire du vrai ranch Hidden Valley, un petit bout de terre aride acheté dans les années 1950 par un plombier du nom de Steve Henson, le père de la sauce préférée du peuple américain.

Durant ses années de travail dans les épaisses forêts de l’Alaska, Steve Henson, né Kenneth, un plombier du Nebraska, se concoctait une sauce afin d’accompagner ses repas et ceux de ses collègues. Faite de babeurre et de différentes herbes, cette sauce l’a suivi jusqu’en Californie, où, pour passer leurs beaux jours, lui et sa femme ont acheté un ranch joliment nommé Hidden Valley. 

Accueillant des touristes d’un peu partout au pays, Steve cuisinait et permettait à ses convives de passer du bon temps sur son ranch. Sans faute, les gens étaient fascinés par le condiment servi à sa table. La demande augmentait tellement que Steve et sa femme, Gayle, ont commencé à vendre la sauce dans des contenants pour emporter.

De fil en aiguille, la compagnie de production de sauce ranch s’est développée, outrepassant les revenus du ranch lui-même, jusqu’à ce que le couple vende l’entreprise pour 8 millions de dollars américains en 1973 à la compagnie Clorox, qui continue à ce jour à faire ce condiment qui fait toujours aussi plaisir à la clientèle américaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !