•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : « Où est passé l’esprit de communauté? » demande une médecin de Gatineau

Une infirmière prélève un échantillon du nez d'un homme pour un test de dépistage de la COVID-19 dans un parc de Brooklyn le 25 septembre 2020.

La Dre Cynthia Lauriault appelle la population à être solidaire face à la COVID-19.

Photo : Reuters / Brendan McDermid

Radio-Canada

La Dre Cynthia Lauriault appelle la population à se serrer les coudes pour tenter d’amoindrir l’impact d’une deuxième vague de COVID-19.

Mme Lauriault, médecin de famille et en soins palliatifs à Gatineau, a pris la parole sur plusieurs tribunes au cours des derniers jours pour exprimer la peur qu’elle ressent par rapport à la deuxième vague du virus.

En entrevue à l’émission Les matins d’ici lundi, elle a voulu expliquer ses propos, qui font beaucoup réagir.

Je n’ai pas peur d’attraper le virus! Il y a des gens qui m’ont envoyé des messages en me disant de rester chez moi, ils n'ont pas compris mon message. J’ai peur du doute que je vois dans la population et du relâchement relativement aux mesures sanitaires.

La Dre Cynthia Lauriault

La Dre Lauriault déplore que les gens ne semblent plus vouloir participer aux efforts pour réduire l’impact du virus.

La médecin de famille Cynthia Lauriault, du Groupe de médecine familiale universitaire de Gatineau, à la caméra.

La médecin de famille Cynthia Lauriault, du GMF universitaire de Gatineau

Photo : Radio-Canada

Il y en a, du virus, qui circule. En voyant les gens qui ne le prennent pas au sérieux, on ne travaille plus ensemble. Lors de la première vague, il y avait un esprit de communauté, des arcs-en-ciel partout, des messages de soutien pour le personnel des domaines de la santé, les gens avaient l'air de travailler avec nous pour amoindrir les conséquences de ça, ajoute-t-elle.

Maintenant, j'ai l'impression qu'on a perdu cet esprit de communauté et il y a une autre catégorie de gens qui ne se gêne pas pour remettre tout ça en doute.

La Dre Lauriault appelle la population à essayer, pendant un mois, de limiter ses déplacements et ses contacts avec les autres, au maximum, pour aplatir la courbe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !