•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dynamiser sa région, une truffe à la fois

David Robert.

David Robert, propriétaire forestier

Photo : Radio-Canada / Alain Fournier

Michaële Perron-Langlais

La première truffière de l’Est-du-Québec a récemment vu le jour dans la petite municipalité de Saint-Juste-du-Lac, au Témiscouata. Ce projet s'inscrit dans une volonté de redynamiser les terres agricoles et d'attirer une nouvelle population dans un secteur où plusieurs champs ont été délaissés dans les dernières années.

La truffe est un champignon qui se développe sous terre, en symbiose avec les racines des arbres.

L’entreprise bioalimentaire La jardinière vient tout juste de planter une centaine de plants truffiers dans l’espoir de faire ses premières récoltes dans cinq à sept ans.

Plantation dans un champ avec des bâches d'ensilage.

Une centaine de plants truffiers viennent d'être mis en terre à Saint-Juste-du-Lac.

Photo : Radio-Canada / Alain Fournier

Le porte-parole de l’entreprise, David Robert, est né dans le village voisin d’Auclair. Il souhaite donner une seconde vie aux terres agricoles qui sont inexploitées depuis plusieurs années dans le secteur.

J'ai vécu ici et parlé avec les gens un peu plus âgés, qui ont fondé ces villages-là, qui ont travaillé fort pour dessoucher la terre, raconte-t-il.

En ce moment, malheureusement, les terres sont laissées en friche et moi, ça m'a toujours fait mal au cœur. J'en possède une moi-même et je me dis qu’il faut absolument dynamiser ça.

David Robert, porte-parole de La jardinière

La jardinière offre déjà une série de produits, dont des micropousses et d’autres sortes de champignons. Ce qui motive maintenant l’entreprise à se lancer dans l’aventure de la trufficulture, c’est notamment le fait que cette dernière est peu connue et peu développée au Québec.

Les gens innovateurs, et je le dis en toute modestie, vont vouloir aller chercher des choses qui ne se font pas encore, parce qu’ils vont laisser les gens qui font déjà les autres choses très bien faire ces choses-là, souligne M. Robert.

Une truffe bien de chez nous

Pour son projet de truffière, David Robert collabore avec l’entreprise ArborInnov, pionnière de la trufficulture au Québec.

Le PDG d’ArborInnov, Jérôme Quirion, explique qu’il existe plusieurs espèces de truffes, dont les plus connues proviennent d’Europe.

L’Amérique du Nord possède toutefois sa propre espèce indigène, la truffe des Appalaches, qui n’a rien à envier, selon lui, aux champignons en provenance du Vieux Continent.

Quatre truffes dans une main.

Quatre truffes des Appalaches fraîchement cueillies sur le terrain de Jérôme Quirion, en Estrie (archives).

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

C'est une truffe dont on est fiers et qui a des particularités très intéressantes, indique Jérôme Quirion. Elle se conserve super longtemps, au contraire d'autres truffes, et elle a un aspect et une odeur qui est unique.

Venez-vous-en, on va redynamiser notre région

Le nouveau maire de Saint-Juste-du-Lac, Michel Normand, est emballé par le projet de La Jardinière.

Entré en poste après avoir été élu sans opposition au début du mois, il a une multitude d’idées en tête afin de dynamiser son village et d’y attirer de nouveaux résidents.

Michel Normand.

Michel Normand, maire de Saint-Juste-du-Lac

Photo : Radio-Canada / Alain Fournier

Il ne faut pas juste penser à Saint-Juste-du-Lac, mais aussi à toute la population du Jal [un territoire qui regroupe les municipalités de Saint-Juste-du-Lac, d'Auclair et de Lejeune], pour que tout le monde puisse en profiter, précise-t-il.

Michel Normand espère entre autres attirer des finissants en agriculture pour valoriser les terres en friche de la région.

Il va falloir que ces jeunes-là aient le goût de venir ici, qu'on ait une politique pour bien les accueillir, les encadrer, les intégrer à notre communauté, affirme-t-il.

Ce sont des gens comme David, des initiateurs de projets, qui vont grandement nous aider à réaliser tout ça.

Michel Normand, maire de Saint-Juste-du-Lac
David Robert et Michel Normand dans un champ.

Michel Normand et David Robert souhaitent donner une seconde vie aux terres en friche de la région du Jal.

Photo : Radio-Canada / Alain Fournier

La vision du maire de Saint-Juste-du-Lac est partagée par le porte-parole de La jardinière, qui qualifie son projet de laboratoire.

Ici, c'est juste une volonté de démarrer quelque chose, de brasser les colonnes du temple et de dire : "Écoutez, on va se prendre en main, les Jalois sont capables". Les jeunes, venez-vous-en, on va redynamiser notre région et on va encore être un fer de lance pour les prochaines années, conclut M. Robert.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !