•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Grand Moncton va utiliser moins de sacs en plastique

Trois sacs de plastique pleins de victuailles sur le plancher.

Les détaillants de Moncton, Dieppe et Riverview vont cesser de donner à leurs clients la plupart des sacs en plastique à usage unique.

Photo : iStock / natalie_board

Radio-Canada

Des consommateurs dans la région de Moncton, au Nouveau-Brunswick, disent qu’ils sont prêts à réduire le recours aux sacs en plastique à usage unique. Plusieurs ont déjà cessé de les utiliser.

Les Villes de Moncton, Dieppe et Riverview ont adopté un arrêté municipal qui interdit aux commerçants de remettre à leurs clients la plupart des sacs en plastique à usage unique.

L’entrée en vigueur de l’arrêté municipal était prévue pour le 1er juillet, mais elle a été reportée au 1er octobre à cause de la COVID-19.

Une consommatrice interrogée à l’extérieur d’une épicerie, Amanda Hopper, affirme que cette mesure a du sens et qu’elle entraînera moins de déchets. Elle conseille aux gens de garder des sacs réutilisables dans leur voiture pour toujours en avoir à la portée de la main.

Une autre consommatrice, Jolene Girouard, ajoute que réduire le plastique dans l’environnement est évidemment une bonne idée. Il faut s'y habituer parce c’est une nouvelle norme, souligne-t-elle.

Les détaillants sont prêts

La plupart des gens ont eu le temps de s’habituer à l’idée, estime la directrice de la planification et de la gestion de l’environnement à la Ville de Moncton, Elaine Aucoin. Les consommateurs et les détaillants n’ont pas soulevé d’importantes objections, selon elle.

Les détaillants sont prêts à renoncer aux sacs à usage unique, selon le directeur en Atlantique du Conseil canadien du commerce de détail, Jim Cormier.

Lorsqu’il en a été question au début, les commerçants ont demandé un délai d’un an pour se préparer, écouler les sacs à usage uniques qu’ils avaient et prévoir une solution de rechange.

Certains détaillants aiment le fait que des exceptions sont prévues dans le nouvel arrêté municipal, par exemple s’il faut remettre aux clients des produits frais comme du poisson ou de la viande, ou de petits articles de quincaillerie en vrac, indique Jim Cormier.

Quant au report de l'entrée en vigueur de l’arrêté municipal à cause de la pandémie, il dit que les détaillants ont répondu à un sondage en août et que la grande majorité d’entre eux ont indiqué qu’ils étaient prêts au changement.

Elaine Aucoin ajoute que les nouvelles règles sont semblables à celles adoptées en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador. Les détaillants pourront donner à leurs clients un sac en papier ou un sac réutilisable.

L’arrêté municipal de Moncton, Dieppe et Riverview prévoit pour les contrevenants des amendes pouvant varier de 140 $ à 2 100 $. Mais Mme Aucoin ne s'attend pas à ce que des amendes soient nécessaires. Elle croit que les gens vont adopter le changement.

Les trois municipalités ont créé un site Internet, appelé monplansac.ca (Nouvelle fenêtre), pour renseigner les consommateurs et les détaillants.

Avec les renseignements de Kate Letterick, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !